Assault et Immunité Collective : le nouveau cru Yerhzanov est arrivé

On avait quitté notre cher cinéaste kazakh sur deux petits bonbons de cinéma l’an dernier à l’étrange festival en sachant qu’il reviendrait encore pour nous surprendre de son originalité, son talent, et sa rapidité. Voilà encore une fois deux nouveaux films qui viennent agrandir son univers cinématographique ; en effet plus on se plonge dans son cinéma et plus on a le sentiment d’entrer dans une réalité parallèle. C’est moins le Kazakhstan que l’on découvre par tranches de dramédies poético-absurdes kitanesques (beaucoup d’adjectifs, c’était les soldes), et davantage le théâtre que s’invente Yerzhanov.

Immunité Collective

Beaucoup de visages connus dans cette énième retour à Karatas, la ville fictive de Yerzhanov faite de misère et de ripoux pathétiques. Beaucoup de déjà-vu également, à un point où on se retrouve sûrement face à son oeuvre la plus faible depuis un moment. D’abord organisée autour du Covid, étrange irruption d’une contemporanéité qui paraît anachronique dans ce monde si particulier, le film bascule rapidement vers les marottes du réalisateur. Des flics pourris qui cherchent de la thune, des mafiosos sans pitié avec des hommes de mains bras cassés, des jeunes filles en détresse, des rues désertes et des affiches de films de Melville collées sur les murs…

Le film ressemble davantage à ce qu’une IA aurait pu générer en ingérant tous les scénarios de Yerzhanov qu’à un véritable long-métrage cohérent. Malgré cela on y voit bien évidemment de très belles choses de manière éparse, parce que cela reste un cinéaste au talent certain.

Le personnage principal fait partie de ces belles choses. Piégé entre deux mondes puisqu’il est un flic raté et sans le sou qui tente de s’extirper de Karatas sans le pouvoir ; le rapport à la langue est d’ailleurs particulièrement intéressant. N’étant pas du coin, il doit sans cesse s’exprimer en russe malgré ses efforts de paraître local et intégré. C’est une figure tragique, on pouvait s’en douter, parce qu’il est un peu plus intelligent que les autres autour de lui, avec tout ce que cela a de dangereux dans un tel environnement. On retiendra également cette idée bizarre de vouloir en faire un personnage qui veut monter un groupe, et danser avec son camarade… Même dans un essai raté comme celui-ci, Yerzhanov sait trouver le beau au sein du grotesque.

Assault

Cette fois, Yerzhanov se sort les doigts. Dans un registre plutôt surprenant, il tente cette fois d’associer ses personnages les plus risibles et comiques à une trame qui ressemble davantage à ses films sombres. Toujours à Karatas, une école est la cible d’une prise d’otages. La majorité des élèves et du personnel a réussi à s’enfuir, mais le professeur de mathématiques a enfermé sa classe à clé… Une équipe de choc/de bras cassés se monte alors pour les sauver.

Surprenant donc parce que pour une fois, l’équilibre entre l’humour grotesque et cartoon de ses personnages bêtes, lâches et grossiers est couplé avec une situation terriblement sérieuse et anxiogène. Le passage d’une émotion à l’autre est étonnamment maîtrisé, même si certains spectateurs semblaient avoir du mal à comprendre que certains passages n’avaient pas vocation à être drôle.

Le film souffre malgré tout de quelques problèmes de rythme qui le rendent fastidieux. Toute l’action est orientée vers l’affrontement final dans l’école, mais la préparation est laborieuse. C’est une tentative intéressante de renouveler son cinéma, qui portera sûrement ses fruits dans ses prochaines réalisations… En tout cas pour cette cuvée, on reste un peu sur notre faim au vu de ce qu’il a su montrer auparavant.

Immunité collective et Assault de Yerzhanov, pas de sortie française prévue hors de l’étrange Festival 2022. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.