Top Séries 2014

Nos notes

L’année 2014 a vu l’arrivée de Netflix en France. Est-ce que cette nouvelle offre aura changé les habitudes de consommation des amateurs de séries ? Pas en ce qui concerne notre comité d’experts, pour qui les séries maison de la chaine (House of cards, Orange Is The New Black) sont loin de faire partie des meilleurs propositions de l’année.
Chez Cinématraque, la tendance serait plutôt du côté des nouvelle séries : trois d’entre elles squattent notre Top 5. Le match trioliste The Knick / The Leftovers Sons of Anarchy est assez intéressant puisqu’elles sont citées par des personnes différentes: comme si le matérialisme de l’une était incompatible avec l’évangélisme de l’autre et l’anarchisme de la troisième. Et finalement, c’est Bruno Dumont qui grimpe à a première place avec quatre épisodes peinards, sans cliffhangers, comme quoi le métier de showrunner est peut-être surévalué. Voici donc le Top de la rédaction:

1. P’tit Quinquin
2 exaequo. The Knick  /The Leftovers / Sons of Anarchy, saison 7
5. Engrenages, saison 5

On retrouve cette tendance à la nouveauté dans les Tops individuels : The Affair, Penny Dreadful, Broadchurch, Silicon Valley… signe d’un passage vers une nouvelle génération de séries ? Quoi qu’il en soit, c’est toujours le mastodonte HBO (The Leftovers, True Detective, mais aussi The Knick à travers la filiale Cinemax) qui tient globalement les rênes, avec sept séries au total dans nos classements ; il est suivi par FX (The Americans, Sons of Anarchy, Fargo) et Showtime (Masters of Sex). AMC, quant à elle, est totalement absente de nos palmarès cette année.
Autre point remarquable : l’importance de la série française, déclinée sous sa forme « arterisante » (P’tit Quinquin donc, mais aussi 3 x Manon) ou « canal+isante » (Engrenages, en bonne forme cette année). Enfin, on a l’habitude d’une présence discrète mais tenace du savoir-faire anglais (Doctor Who, Broadchurch, Peaky Blinders) ; la présence du Québec est plus surprenante, mais bienvenue (Série noire).
Somme toute, avec ou sans Netflix, l’année fut plutôt riche pour nos rédacteurs, dont voici les Tops individuels:

Pauline Gay

The_Leftovers

1. The Leftovers, saison 1
2. True Detective, saison 1
3. P’tit Quinquin
4. Masters of Sex, saison 2
5. The Americans, saison 2 

La série de l’année 2014, c’est incontestablement The leftovers : Sombre et dérangeante, elle rend compte avec brio du malaise d’une société en perte de sens. À partir d’un pitch minimaliste, et avec une puissance d’évocation rarement égalée, cette première saison agit comme un exutoire de nos pires angoisses.Viennent ensuite True detective et P’tit Quinquin : dans des registres très différents, ces deux séries partagent la thématique lynchienne de l’omniprésence du mal. Mis à part quelques réserves (sur la fin de True Detective, qui n’aura pas su faire évoluer ses personnages, ou sur le point de vue parfois ambiguë de Bruno Dumont), ces deux séries formellement très maitrisées auront su faire passer quelques beaux moments de poésie. En quatrième et cinquième positions de ce classement, Masters of sex, saison 2, confirme la haute qualité de cette série alors que The Americans, saison 2, propose une réflexion passionnante sur la famille.

JC Leroy

marylin-manson-debarque-dans-les-sons

1. Sons of Anarchy, saison 7
2. Person of Interest, saison 3 & 4
3. Doctor Who, saison 8
4. Warehouse 13, saison 5
5. Fargo, saison 1

Établir un classement est un exercice subjectif où l’on essaie de faire preuve d’objectivité, et ne retenir que 5 séries sur toutes celles que je regarde m’emplit de frustration (j’ai cessé de compter après 40, pour cette seule année 2014). Alors, pourquoi celles-ci et pas d’autres ? Réponse simple : parce que ce sont celles qui m’ont fait ressentir le plus de choses. Sons of Anarchy a pris fin dans toute la violence physique et morale que l’on attendait. Person of Interest est restée en tête des séries network et a continué de relever la barre avec une écriture toujours aussi prenante. Doctor Who nous a présenté un nouveau Doctor et prouvé qu’elle avait appris de ses erreurs passées, présentes et futures. Warehouse 13 s’est achevée sur une (trop) courte saison qui a fait honneur à l’esprit de cette série d’aventure honnête et délirante. Enfin, Fargo nous a démontré que s’inspirer de « faits réels » permettait de s’affranchir des codes de la fiction pour mieux révéler l’absurdité de la vie.

Gaël Martin

silicon-valley-hbo-picjpg-tt-width-604-height-400-bgcolor-000000

1. Sons of Anarchy, saison 7

Kurt Sutter, le showrunner le plus badass du petit écran, met un terme à son chef-d’oeuvre tragique

2. Silicon Valley, saison 1

Satire hilarante du milieu « geek » et réflexion angoissante sur l’évolution du capitalisme

3. Engrenages, saison 5

La bande de filles qui s’illustre dans cette saison peut donner des leçons à Sciamma.

4. In The Flesh, saison 2

Toujours bercé par le spleen de Keaton Henson, les bouleversants zombies passent à l’attaque et ils ont la rage.

5. Peaky Blinders, saison 2

Impossible de passer sous silence la biopic du gang des Peaky Blinders, les SOA de l’époque post victorienne. Sa bande-son totalement anachronique en fait un magnifique opéra rock.

Sophie Paulet

3XManon

1. 3 x Manon
2. Série Noire
3. True Detective, saison 1
4. Engrenages, saison 5
5. The Affair, saison 1

L’année 2014 aura apporté la preuve que le monde francophone peut proposer des contenus au top. Nos amis Québécois nous ont offert un petit bijou de comédie « méta », s’inspirant du film noir pour créer une œuvre hilarante et pas dénuée de profondeur. En France, on aurait pu citer la saison 2 d’Ainsi soient-ils, mais une autre série d’Arte, 3X Manon, a brillé par sa capacité à émouvoir avec intelligence, en réalisant un magnifique portrait d’adolescente. Bien sûr, il faut pourtant toujours compter avec les américains, maitres dans l’art de dérouler le fil d’une intrigue. True Detective (et les deux dernières saisons The Good Wife aussi, à leur manière) en est le plus bel exemple cette année.

Fabien Randanne

PennyDreadful_108_1469.r

1. The Leftovers, saison 1
2. P’tit Quinquin
3. Penny Dreadful, saison 1
4. The Comeback, saison 2
5. Broadchurch, saison 1

De la suburb américaine aux paysages boulonnais et à l’Angleterre victorienne ou contemporaine, voici des séries qui se penchent, à leur manière, sur l’impuissance des hommes face à ce qui les dépasse. Mouvement sectaire s’opposant aux résilients, enquête de gendarmerie teintée d’absurde, spiritisme et séance d’exorcisme, actrice has been en plein déni, communauté tentant de trouver le réconfort en restant soudée… Autant de façons d’essayer de reprendre le contrôle sur le cours des choses. En vain car, en bout de course, l’hébétude triomphe.

Elsa Renouard

the-knick-the-busy-flea-clive-owen

1. The Knick, saison 1
Unique en son genre (décadent), la série arty réalisée par Steven Soderbergh passionne et épate.
2. The Americans, saison 2
La saison 2 de la passionnante série d’espionnage d’FX confirme tout le bien qu’on en pensait. Et tape encore plus fort.
3. Game of Thrones, saison 4
Ben oui, c’est toujours aussi bien Game of Thrones.
4. Engrenages, saison 5
La série française reprend du poil de la bête après une saison 4 limite gênante de par sa bêtise et balance une saison prenante, drôle et terrible. Du très bel ouvrage.
5. Masters of Sex, saison 2
Quelques flottements dans cette seconde saison où la narration peine à se plier à l’histoire « réelle » des chercheurs Masters & Johnson. Mais la série conserve toute sa sensualité grâce à la belle Lizzy Caplan et à une écriture tout en délicatesse.

Benjamin Untereiner

Masters_of_sex_s_2

1. The Knick, saison 1
2. P’tit Quinquin
3. Masters of Sex, saison 2
4. Engrenages, saison 5
5. Louie, saison 4

Paradoxe : J’aurais passé une bonne partie de l’année à m’inquiéter de l’intrusion progressive des « gens de cinéma » dans le milieu de la télévision, et finalement les deux premières places de mon podium sont tenues par des cinéastes, et pas des moindres : Steven Soderbergh, réalisateur des 10 épisodes extrêmement racés de The Knick, et Bruno Dumont, qui déploie son univers en mode comique dans la « mini-série d’auteur » de l’année (après Jane Campion l’an dernier). Les deux ont en commun de proposer des pistes nouvelles sur la définition même de ce que que pourrait être une série next generation. Pour le reste, je tiens à mes valeurs sûres.

Verdict ?

scénariste et réalisateur, Il recherche justement de généreux mécènes.

Be first to comment