Party Visible finale season

Le party visible 4 a été refusé, il était pas top c’est vrai du coup je vais vous faire des tops pour conclure comme ça ca sera vraiment top. Pardonnez moi de ne pas avoir su être au top.

Top 10 des moments chouettes sans hiérarchie ( je sais y’en a pas 10 que chacun l’interprète comme il veut)

  •  le diner et la soirée qui a suivi au Silencio avec Laurent Azoulay, invités généreusement par Remy Martin. La soirée avait commencé par ce cocktail. Le repas aussi était délicieux et en plus quasiment Kosher.         Composition du cocktail, parce que j’ai une tendre passion pour les cocktails.                  Ingrédients:
  • cocktail remy martin3 cl Rémy Martin XO excellence
  • 2cl Mount gay infusé aux raisins thompson
  • 3cl carpano antica formula
  • 1cl bitter italien
  • 1 cl liqueur de café
  • 1 zeste d’orange en garnish
      • La soirée Canal + avec Grey Goose, lieu magnifique, belle ambiance, plein d’amis et cette impression que j’aurais bientôt réussi à percer ce plafond de verre.
      • La soirée du film d’Olivier Assayas au Silencio  Avec les copines de #rosecarpet et le meilleur de l’helvetie.
      • Sortir de Whiplash le dernier jour, aller acheter un maillot se baigner, nager jusqu’à la bouée avec mon pote @fano, puis retourner à la Quinzaine et voir Pride. Deux feel good movies pour terminer en beauté.
      • Kylie Minogue à la plage Magnum avec Nitsa, Sophie, Valérie et les copines de #RoseCarpet. Le petit cocktail et la photo avec toute l’équipe Cinematraque.
      • Les fins de soirées au Baron, toujours accueillants et simples. A retenir la séance de claques avec Vincent Malausa et ma déclaration d’amour à Jacky Goldberg. (ivre virgule)
      • Le jour ou je suis allé un peu plus loin qu’un selfie sur les marches.


montée des marches jeremy par cinematraque

Mes top loose

doliprane

    • Les 4 jours de fièvre, d’angine  de bronchite, seul dans l’appart avec 40 de fièvre ayant à peine la force de ramper pour atteindre le doliprane.
  • Les soirées où les amis sont partis sans dire au revoir et où l’on se retrouve la bouche pâteuse à se demander ce qu’on fait là.
  • Les objets perdus, mes super lunettes de soleil modèle unique vintage introuvable, l’écharpe de mon pote Geoffroy, mon casque d’iphone.
  • Les gens qui font semblant de ne pas te reconnaître
  • Les gens que j’ai fait semblant de ne pas reconnaitre.

Les films que j’ai vus :

Compétition officielle

  •  Mr Turner : trop long, pas aimé
  •  Saint Laurent : sublime, brillant
  • Maps to the stars : passionnant
  •  Deux jours une nuit : détesté, mais je sais que je suis injuste, j’aimerais être capable d’y voir un electrochoc
  •  Adieu au Langage :  Quand un génie se fout de votre gueule,  profitez en pour en prendre plein la vue et demandez en encore.
  •  Mommy : magnifique, et plus grande performance d’actrice vue cette année.
  • Sils Maria : Il faudrait probablement que je le revoie mais je pense que c’est un film intermédiaire où le cinéaste s’est posé des questions qu’il résoudra pour son prochain film.

Hors compétition

« Les gens du monde » Incroyable qualité et honnêteté dans le montage et la mise en image des journées banales dans le quotidien du soir et de référence.

Un certain regard :

Quinzaine des réalisateurs :

  • Bande de filles : pleuré sur Diamonds de Rihana
  • Gett, le procès de Viviane Amselem , un film audacieux qui nous dit des choses sur le couple et l’amour.
  • Whiplash Un récit d’apprentissage autour du jazz, beau feel good movie.
  • Pride : en France on a fait La marche, eux ont fait « the pride » ça m’a donné envie de prendre l’eurostar.
  • A rattraper : les combattants et At li layla

Semaine de la critique :

  • Self Made : un film fou et assez génial.
  • Hope : Une histoire de migration, belle et sauvage, fuyant toute bien-pensance, un régal.

Cannes, c’est se rebaigner dans l’eau de jouvence du cinema de reprendre l’envie de se battre et de faire des films. C’est ce cocktail de légèreté et de pesanteur qui nous rappelle que tout est possible. Je me battrai toute ma vie pour que ceux qui ont des choses à dire et à raconter puissent faire des films et pour que le public ait un cinéma qui lui plait et de qualité.

Pour finir Les meilleurs citations pour dire ce que je ressens en quittant Cannes. J’ai nommé deux ex-equo : Un senior et un junior brillante idée non.

« J’admire toute personne capable de mettre sur pied une production, de trouver une histoire, de l’argent, des acteurs et des techniciens, et de marner ensuite comme un esclave pour faire le film. Mieux, je lève mon chapeau devant toute personne ayant réalisé un documentaire, un court métrage, un spot publicitaire, une dramatique télé, un film de tourisme, un reportage, un long métrage, n’importe quoi… parce que c’est le business le plus dur du monde. Le public en rêve, croit que c’est facile et plein de « glamour ». S’ils y passaient une fois, rien qu’une petite fois, ils n’y reviendraient jamais. Je le jure… » Steven Spielberg  

Et  meilleure citation ex equo :    « Tout est possible à qui rêve, ose, travaille et n’abandonne jamais » Xavier Dolan

Jeremy Sahel est réalisateur, producteur et il aime l’internet, les contenus et la vie. il lui arrive d’être drôle mais aussi pathétique, et le plus souvent médiocre. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir un avis.

Be first to comment