Party visible épisode 2: les soirées commencent !

Chronique à suivre aussi sur Megaconnard.com

Bon alors je dois reconnaître que ma chronique « Party visible » au quotidien c’est pas évident, parce que pour raconter des trucs il faut sortir et si on sort beaucoup en plus des 3 ou 4 films par jour on a du mal à trouver le temps d’écrire ou tout simplement à se rappeler de ce qu’on a fait voire même des films qu’on a vu. Alors, jeudi j’ai vu Mr Turner ou je me suis beaucoup ennuyé du coup ma critique a été trappée par la rédaction qui en a choisi une qui aimait bien le film. J’avais une charmante voisine très marrante elle était venue à la projection de 8H30 avec se couverture. Elle n’a pas trop aimé le film m’a t’elle dit mais en tout cas elle a bien dormi. Ensuite j’ai vu « loin de mon père » de Keren Yedaya et c’était pas une bonne idée de le voir avant de déjeuner.

Après j’ai été raisonnable, petit retour à l’appart et j’ai commencé à écrite le papier (clic). Petit détour par la plage Magnum ensuite pour manger une petite glace en fumant un cohiba electronique avec Florian Gazan, on se connaissait de Twitter et on va probablement bientôt faire des trucs ensemble ( pas du sexe) #teasing.

Et puis ensuite on est allé au carré Grey Goose, situé sur la pelouse du grand hôtel. Ca s’appelle la Boulangerie Bleue cette année et c’est assez cool pour démarrer sa soirée avec un petit cocktail fait avec des produits frais et manger le petit pain qui va avec. Cette année ça s’appelle la Boulangerie Bleue et c’est un spot sympa. Il parait même que Paris Hilton y a  mixé. Je trouve ça génial qu’on puisse passer de la sextape à la mixtape sans que les gens aient des préjugés.

greygoose

Je m’apprête à ce moment la à vivre ma première grosse soirée de Cannes 2014, puisque la veille j’avais préféré me coucher tôt. Direction la soirée de la Quinzaine, toujours excellente chaque année. Ca se remplit très vite , on boit on danse mais on file un peu vite pour aller au Silencio à la soirée MK2, vu le temps que je passe dans leurs cinémas ça méritait bien une vodka gratuite. J’ai fait connaissance avec Elicha, j’avais beau avoir déjà vu sa photo c’est jamais pareil en vrai. Très cool et bien dans ses baskets il nous a dit à Djo et moi que c’était quand même étrange de fêter à 23 ans les 40 ans de sa boite. Ensuite on file au Baron, le lieu incontournable pour finir sa nuit cannoise. Ca danse ça picole et puis ça rentre faire dodo parce que y’a des films à voir le lendemain. Vendredi je commence par le Amalric parce que je l’aime l’amour ,  » la chambre bleue » disons le ce n’est pas mon préféré de lui mais je trouve qu’il a  une  grande maitrise de la réalisation. C’est beau, c’est fin ca se mange sans faim mais ça ne nourrit pas. J’enchaîne après un déjeuner rapide et c’est  » Bande de filles » et pour la première fois j’ai eu une larme à l’oeil en écoutant Diamonds de Rihanna.

Puis enfin je vois le gros OFNI ( objet filmique non identifié ) Self Made de Shira Geffen. Putain ils n’ont peur de rien ces Israéliens, c’est drôle c’est frais , c’est dérangeant, ça part en cacahouète,  j’adore.
Ensuite direction la soirée Canal Plus. C’est mon septième festival et c’est la première fois que je touche dans mes mains le precieux carton. Ca me rappelle le match de rugby  » Irlande France » que j’avais vu à lansdowne road à Dublin. Devant le stade des gens étaient prêts à offrir 200  euros pour l’acheter mais NON hors de question j’irais à la soirée CANAL plus.  Je ne peux y croire, dans le bus je me jure que je ne me désabonnerais jamais. Petite frayeur de dernière minute. Ma femme oublie son carton à l’interieur du bus, je cours à contre courant je fends la foule et me jette à terre pour attraper le sésame, TOUCHDOWN.  WE ARE THE CHAMPIONS, je suis le sauveur de l’humour en ligne français.

Canal plus peut trembler.

Dès l’entrée je rencontre une nana très sympa elle me dit qu’elle anime une émission très sympa sur M6 et qu’elle aimerait bien que j’y participe. j’ai dit ok elle m’a dit  « L’amour dans le pré » j’ai répondu que je n’avais pas de préservatifs.
Point final.
Je vais vous éviter le name droping et à la place je vais vous raconter ce que j’ai mangé : D’abord des crackers avec des têtes d’asperges et de la crème de truffe, et d’excellents sushis, ensuite il fallait bien arroser tout ça. Des bars Grey Goose  servaient des cocktails ou quand le barman termine de te donner la composition tu as oublié le début et plus tu bois moins tu te souviens de ce qu’il y a dedans. il y avait de l’ananas, du caramel et de la vodka mais je suis sûr que ce n’est pas tout.
photo cocktail grey goose
Et ça c’est pas seulement un cocktail c’est un repas, un elixir aphrodisiaque, un médicament, une potion magique. La nuit s’est emparée de moi.  La piste de danse tournait je voyais les visages de la bande studio bagel bouger autour de moi, j’avais l’impression d’être sur internet. Y’avait même des spams avec des filles gros décolletés sauf que la je pouvais les toucher. Ce que je ne fis pas car je suis un gentlemen. mais qu’est ce qu’elles étaient belles !
IMG_0177
Le bus de retour de Mougins vers Cannes fut un bon sas de décompression, après une bousculade digne du stade maracana, ça a permis de se reposer, de retrouver nos esprits pour courir au baron puis  finir la soirée au 3.14 ou Michael Zazoun un de mes DJ préférés nous a passé une play list très pointue.
Hava naguila , Balbéli oto, et pour finir on a chanté We are the world en se tenant à 20 par les épaules. comme un mois plus tôt à l’anniversaire de l’un de ces potes.  C’était la Bar mitsva au 3.14  Bref  j’ai passé un bon moment.  et à 9H30 le lendemain je pitchais un projet de long métrage que je produis à des producteurs européens. Attention ça pique les yeux.
C’était mes jours 2 et 3 je vous propose ensemble qu’on saute le 4   qui fut aussi une superbe journée ou j’ai pu voir le Saint Laurent de Bonnello qui est juste magnifique. Bertrand Bonello si vous me lisez j’aimerais vraiment vous rencontrer et vous parler. Puis « Guett » dont je parlerai sur Cinematraque. Mais aller voir un film sur un divorce qui se passe mal avec sa femme c’était carrément pas une bonne idée. Du coup elle est partie ce matin.
Non je déconne ( je sais que ma mère me lit et même ma grand mère)  On a vu des grands films on a fait la fête mais le travail reprend et je commence à rattraper mes papiers en retard.
A suivre mon papier sur la chambre bleue et celui sur Guett et après je serais à jour et prêt à reprendre.
Je devais faire le DSK mais Dzibz l’a super bien fait 
Bilan:
films vus : 7
Heures de sommeil cumulées en 3 nuits : 9.

Jeremy Sahel est réalisateur, producteur et il aime l’internet, les contenus et la vie. il lui arrive d’être drôle mais aussi pathétique, et le plus souvent médiocre. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir un avis.

1 Comment

Leave a Reply