David Dewaele (1975-2013)

On peut s’étonner de ce que David Dewaele, interprète des trois précédents films de Bruno Dumont (FlandresHadewijch et surtout Hors Satan, dans lequel il tenait le premier rôle), soit décédé, le 27 février dernier, dans une indifférence quasi générale, alors même que le cinéaste se voyait offrir, à quelques jours de la sortie de son nouvel opus, une couverture médiatique inédite, célébrant la rencontre au sommet entre Dumont, Binoche et Claudel – comprenez : trois stars à l’affiche.

Que faut-il en déduire ? Que Dewaele resterait à jamais un non-professionnel, ce quidam repéré par Dumont dans une ANPE de Hazebrouck ? Qu’il n’était qu’une figure à l’apport somme toute négligeable, voué à se fondre dans les paysages de la Côte d’Opale ? Un outil entre les mains d’un auteur, quand Binoche serait, quant à elle, une authentique interprète ?

Étranges, à vrai dire, cette amnésie précoce (un film chassant aussitôt le souvenir du précédent), cette hiérarchisation de l’information. Déconcertant, ce silence envers celui qui aura marqué, de sa présence mutique et butée, sensible et habitée, l’un des plus beaux films de Dumont. Puisque personne, ou presque, ne semble s’en soucier, il faut bien que l’on s’en charge ici : David Dewaele forever, bitches !

8 thoughts on “David Dewaele (1975-2013)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.