Thor, Love and Thunder : Thor partagé

Incroyable mais vrai, nous en sommes au quatrième volet des aventures de Thor, initiées au cinéma en 2011. Onze ans plus tard, ce quatrième volet voit le retour de Taika Waititi, le nouveau « Wonder boy » d’Hollywood, derrière la caméra après Thor : Ragnarok, mais surtout celui de Natalie Portman qui avait disparu après les deux premiers opus. Situé au cœur d’une phase 4 des Studios Marvel qui a du mal à donner une direction d’ensemble à tous ses projets, Thor : Love and Thunder promet depuis sa bande-annonce d’être un film cosmique et comique dans la tonalité foutraque qui avait tant réussi à Thor 3.

Après une petite introduction qui permet de créer du lien avec les Gardiens de la Galaxie et donc avec l’univers partagé Marvel, Thor : Love and Thunder redevient très vite un film solo centré sur l’évolution du dieu nordique incarné par Chris Hemsworth. Il faut dire que le personnage n’a pas été gâté dans la saga Marvel. Même si le ton des films est devenu de plus en plus comique (notamment grâce à l’épanouissement de Hemsworth dans ce registre), le personnage a connu son lot de drames. Le voici donc dépressif, à la recherche d’un sens à sa vie, quand son ancien amour, Jane Foster, réapparaît dans sa vie, armée de son ancien marteau aux pouvoirs colossaux. Il y aura donc deux Thor dans Thor 4. Son nouveau statut cache cependant sa part d’ombre, puisqu’elle souffre d’un cancer. Ah et aussi Christian Bale est le vilain qui veut tuer les dieux.

C’est autour de cet amour renaissant que se construit le film qui se veut chargé en émotion. Il se veut également chargé en humour. Mais à trop vouloir charger la mule, à la fin elle se casse. Thor : Love and Thunder n’arrive jamais à trouver le bon dosage et échoue à construire son récit et ses personnages. L’enjeu conflictuel du film, qui oppose Gorr (Christian Bale donc), à nos héros, n’est jamais vraiment investi sérieusement par le film, le spectateur s’en désintéresse donc rapidement. Beaucoup de scènes semblent ainsi complètement à côté de la plaque et les acteurs totalement perdus (les enfants emprisonnés, le pauvre Russell Crowe, etc).  

Le grand écart opéré par le film entre humour omniprésent et enjeux dramatiques est un échec

Heureusement, la petite troupe constituée de Thor, Thor, Valkyrie et Korg réussit par son alchimie et sa sympathie à donner un certain attrait au film qui semble être engagé dans une perpétuelle fuite en avant vers plus de fun et d’aventures cools. Dans cette grande attraction au rythme éreintant, le film veut absolument faire passer de nobles émotions. Inspiré du run de Jason Aaron sur la série comics, le film traite en effet de la maladie de Jane Foster et de son rapport avec Thor. Hélas, l’adaptation est loin d’être aussi fine que son matériel d’origine. Dans le grand gloubi-boulga qui nous est servi, l’émotion est totalement noyée. Le parallèle avec l’histoire de Gorr, introduite au forceps, ne fonctionne pas. Tout sonne faux et à côté de la plaque. Tant les rires que les larmes sont beaucoup trop réclamés par le film pour que le spectateur y trouve de la sincérité. Le montage catastrophique ne laisse ainsi jamais aucune scène s’installer limitant de fait les ambitions narratives du film et le ramenant à ce qu’il est : une montagne russe de fête foraine.

Thor : Love and Thunder est donc une déception. Les deux scènes post-génériques ne donnent pas envie de revenir voir ce qu’un cinquième volet pourrait apporter à un personnage dont ils ne semblent plus trop savoir que faire. Alors que Doctor Strange avait été une bonne surprise de cette phase 4, ce nouvel épisode de Thor, interroge quant à cette période de transition pour Marvel qui semble préparer beaucoup de choses pour le futur, sans réussir à trouver son rythme avec ses projets actuels.

Thor : Love and Thunder. Un film de Taika Waititi avec Chris Hemsworth, Natalie Portman, Taika Waititi, Tessa Thompson et Christian Bale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.