Alma Viva (la muerte!) [Semaine de la Critique]

Alma Viva, cinématraque 1

Alma Viva, premier film de fiction de Cristèle Alves Meira, femme de théâtre et documentariste, est une œuvre très curieuse. Elle ne se laisse pas facilement approcher au premier regard. Salomé, franco-portugaise, passe ses vacances auprès de sa mamie dans une bourgade reculée. Elle y découvre les rites de l’ancêtre, ainsi que les rancœurs d’une vieille acariâtre du village vis-à-vis de son aïeule. À la mort de cette dernière, Salomé apprend qu’elle a hérité des mêmes dons.

Le premier plan d’Alma Viva est un œil sans visage, un cadre de chair qui va se révéler être celui de la gamine observant sa grand-mère en pleine incantation à travers un vitrage dépoli. Toute la vie du hameau auquel l’on va assister se fera par le regard d’une enfant, de sa perception d’un monde qu’elle cherche à déchiffrer.

Alma Viva, Cinématraque 2

Si les premières scènes présentent un récit naturaliste, proche du documentaire, la cinéaste nous plonge progressivement dans un bain d’images aussi oniriques que cauchemardesques. Aux côtés de la jeune fille, on découvre le rapport compliqué des villageois à la biodiversité, massacrant les poissons à coup d’explosif, se soignant grâce aux plantes tout faisant des poules les victimes de superstitions. Cet univers bestial et ésotérique repose sur la puissance matriarcale des deux dames âgées. L’une aussi petite que l’autre, parente de Salomé, est sculpturale et opulente. Entre les deux, se glisse le corps enfantin de notre héroïne. La forte impression que provoque le corps de l’ainée sur la gamine n’empêche nullement les deux d’exprimer une certaine complicité soulignée au cours d’un surprenant twerk intergénérationnel. Plus tard, alors que le cadavre de la vieille dame repose dans une chambre, Salomé sera prise d’une vision. Devant un miroir apparait le visage de sa grand-mère en lieu et place du sien. Cette façon d’imposer le morbide à hauteur d’enfant rappelle énormément Cria Cuervos (Carlos Saura), tout comme le regard de la petite fait penser à celui d’Ana Torrent.

Alma Viva est truffé de plans saisissants comme celui-ci, ou de séquences tout aussi burlesques qu’inattendues. Cristèle Alves Meira a transposé au cinéma son sens de la mise en scène appris sur les planches. Ainsi, la maîtrise du cadre dont elle fait preuve lors de l’oraison funèbre se déroulant au milieu d’un village en proie à un incendie estival, impressionne. Le cortège familial reste impassible face aux flammes qui menacent et aux jets de pierre que lui inflige l’antique chamane encore vivante.

Ce qui rend l’objet si particulier, c’est la volonté affichée de la metteuse en scène de puiser dans le folklore portugais des éléments ancestraux pour les relier à un renouveau du féminisme. Celui popularisé par l’essayiste Mona Chollet, qui fait des sorcières des figures politiques. Car si les corps des deux vieilles femmes est marqué par le temps, elles n’en sont pas moins sexualisées et loin d’avoir cessé d’exprimer leur désir. C’est d’ailleurs une histoire d’adultère qui est à la base de leur affrontement à mort. La sorcellerie est celle de ces corps libres, quel que soit l’âge, plus qu’un prétexte pour plonger Alma Viva dans le fantastique. Et si Alma Viva propose quelques sortilèges, c’est pour mieux les associer à la confection d’un film lui-même et à l’acte de création. L’ambition de la réalisatrice est de consacrer son œuvre à la façon d’un ultime tour de magie qu’elle a pris le temps de penser, de préparer de longues années. S’il s’agit d’une première production, c’est aussi le fruit qui résulte d’une gestation, celui du scénario comme de sa propre fille. Écrit lorsque Cristèle Alves Meira était enceinte, Alma Viva est l’occasion pour la cinéaste d’offrir à sa descendance un rôle en or, celui de Salomé. Ce personnage au prénom fortement symbolique est également un véhicule pour transposer sur pellicule l’itinéraire fictionnalisé de la jeunesse portugaise vécu par la réalisatrice. Trois générations de femmes embarquées dans un même corps face à la mémoire et aux temps qui évoluent. Une vision tortueuse et organique du cinéma que l’on souhaite voir se poursuivre à travers la longue carrière, espérons-le, de Cristèle Alves Meira.

Alma Viva de Cristèle Alves Meira avec Lua Michel, Ana Padrão, Jacqueline Corado, Catherine Salée, Duarte Pina, Ester Catalão, Sónia Martins, Martha Quina, Arthur Brigas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.