8 bonnes raisons d’aller voir Promare au cinéma cet été

Le mois dernier, on pouvait lire dans des publications très estimées des phrases telles que « Promare est exactement ce qu’il veut être : une grosse baffe dans ta gueule suivie d’un câlin tout chaud », ou encore « malgré son jusqu’au-boutisme survitaminé, Promare reste un film plein de coeur », mais aussi « penser à acheter un ventilateur ».

Certes, les deux premières citations viennent d’un article de Cinématraque période Festival d’Annecy, là où nous avons découvert le film Promare, et certes le troisième vient d’un post-it collé sur mon bureau et n’a rien à voir avec ce dont on parle ici, mais peu importe : voici huit bonnes raisons d’aller voir Promare au cinéma à partir du 31 juillet.

1. Pour l’histoire

Imaginez un monde où soudainement, une partie de la population s’enflamme sur place. Pas comme les gens qui s’enflamment trop vite sur les annonces de films Marvel, non, qui s’enflamment vraiment : combustion spontanée. Imaginez ensuite que ce feu, qui arrive d’une autre dimension (pourquoi pas), condamne ces pauvres gens à être considérés comme des terroristes à cause de leur mutation. En effet leur feu fait des dégâts, mais ne les affecte pas eux.

Imaginez ensuite que le héros s’appelle Galo Thymos, et qu’il est un pompier mécha. C’est-à-dire un pompier qui combat les incendies à l’aide d’un exosquelette qu’il pilote comme un chef. Vous les avez-vu dans Goldorak, dans Pacific Rim, dans Evangelion et même dans Aliens ces mécha, vous savez bien que c’est giga cool. Au programme ? De la baston. De la giga baston. De la baston la plus petite à la plus intersidérale, la plus intergalactique des bastons. De la baston démesurée qui écrase toute la compétition en un rien de temps.

Imaginez enfin que ce conflit en apparence simple cache de nombreux rebondissements, une géopolitique réfléchie et clairement révolutionnaire, où les terroristes ne sont pas ce que l’on croit, et où le gouvernement et la police n’ont de cesse d’abuser de leurs pouvoirs. Dites-moi que ça ne vous fait pas envie ?

2. Pour la clim

Vous avez vu la canicule qu’on se prend dans la gueule ? Avec les vagues de chaleur sans précédent qui nous arrivent dans la tronche, est-ce qu’aller voir un film sur des POMPIERS QUI ÉTEIGNENT DES FEUX dans des salles climatisées n’est pas un excellent plan ? Cinématraque n’est pas seulement le meilleur site cinéma du coin, c’est aussi des super tips de vie ; à bientôt pour nos conseils maquillage façon Neon Demon.

3. Pour l’animation

Oui, vous l’avez compris en regardant les images qui accompagnent l’article, Promare est un film d’animation et ne peut décemment pas être imaginé autrement. Survitaminé, délirant, foutraque, on a rarement vu un dessin animé qui assume autant sa folie des grandeurs ; l’absence de traits pour délimiter les personnages et les décors a un petit côté chaotique mais charmant. Ce choix artistique sert surtout la caméra, qui va pouvoir se déplacer dans tous les sens à trois cent à l’heure sans la moindre considération pour les cœurs faibles dans l’assemblée.

Le résultat est plus que saisissant : chaque scène de combat dans Promare est une explosion sensorielle, un kaléidoscope de formes et de couleurs, comme si Kandinsky s’était transformé en Hulk puis lancé dans l’animation japonaise. Bref vous l’aurez compris, c’est un délire absolu qui ne connaît pas de limites.

4. Parce que tout ce qui passe d’autre est nul

Certes, on va me répondre qu’il y a Midsommar. Qu’il y a encore quelques rétrospectives cool (celle sur Ozu au Champo nous fait bien envie), et que So Long, my Son passe encore dans certaines salles.

Mais en termes de grand spectacle de foufou, c’est quand même bien pourrave comme été blockbuster non ? Entre le remake du Roi Lion tout moche, le film catastrophique de Luc Besson (vous savez, le type accusé de viol) et le sympa mais sans plus dernier volet de Iron-Spider-Man, on ne peut pas vraiment dire que ça soit l’éclate. Les mois derniers c’était encore pire, on a eu Men in Black International, Godzilla 2 et X-Men Dark Phoenix… Autant ne pas donner de thunes à ces grosses productions sans âmes, et aller voir un truc qui a vraiment de la gueule, non ?

5. Pour l’équipe TRIGGER

Si vous aviez eu la chance de voir les magnifiques séries Gurren Lagann et Kill La Kill, sachez que Promare est né dans la tête des mêmes personnes : le scénariste Kazuki Nashakima et le réalisateur Hiroyuki Imaishi. La paire carbure au sein du studio TRIGGER depuis des années et sont la cause de l’originalité visuelle de l’oeuvre, mais aussi de son intelligente narrative. En effet pour un délire aussi barré, le scénario tient fabuleusement bien la route, ce qui pour faire écho au point précédent est souvent la faiblesse des gros blockbusters actuels.

6. Parce que vous êtes un vampire et avez peur du soleil

Un problème facile à résoudre : il n’y a pas de soleil dans les salles de cinéma, car il n’y a pas de fenêtres. Aller voir Promare vous assure ainsi de prolonger votre immortalité en attendant la sortie du prochain film de Blade.

7. Pour soutenir les prises de risque dans la distribution française

Ce n’est pas toujours que des films comme Promare sortent au cinéma en France. Et qui plus est, en dehors de Paris. Pour beaucoup d’entre nous, ayant grandi en campagne et en province dans les années 90 et 2000, il était impensable de voir certains films d’animation japonais chez nous, en France. Il fallait commander des DVDs Hong Kongais avec des sous-titres anglais – s’il y en avait – sur Ebay et espérer que cela arrive un jour. Aujourd’hui, on a des films One Piece qui sortent grâce à Eurozoom au cinéma, des films de Dragon Ball grâce à Wild Bunch… Et ça n’est pas un processus facile. C’est un privilège que nous avons, et ce serait dommage de se priver de tout un pan du cinéma d’animation populaire…

8. Parce que Cinématraque soutient le film

Et que tout le monde le sait, personne n’a meilleur goût que nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.