Plaisir coupable ? Sexe Intentions, la K7 qu’on s’échangeait en gloussant dans la cour du collège

Nos notes

Si vous êtes né(e)s entre la toute fin des années 80 et le tout début des années 90, passez votre chemin. En tant qu’être normalement constitué ayant grandi dans la meilleure décennie qui soit, vous êtes déjà convaincu(e) que Sexe Intentions est un film fondateur, et vous avez 100% raison. Pour les autres, je vous fais un petit topo en 3 parties, par solidarité en cette période de résultats de bac.

INTRODUCTION

Sexe Intentions (Cruel Intentions de son vrai titre, je ne désespère pas qu’un jour un rapport inter-ministériel soit commandé sur cette manie de traduire un titre en anglais par un autre titre en anglais) est donc une adaptation ciné des Liaisons Dangereuses – là j’ai perdu tous les gars qui n’ont pas révisé l’oral de français – datée de l’an de grâce 1999.

PARTIE I : C’EST UN BEAU ROMAN, C’EST UNE BELLE HISTOIRE

L’histoire, évidemment, ne vieillit pas (big up Choderlos de Laclos) mais le vrai génie de Sexe Intentions, c’est de concentrer le meilleur des 90’s en 1h37. Au casting d’abord, avec Sarah Michelle Gellar alias <3 Buffy <3, Selma Blair avant qu’elle devienne une nerd, Reese Witherspoon avant son Oscar, Ryan Philippe – y’a vraiment un truc avec les Ryan – Tara Reid d’American Pie, Sean Patrick Thomas de Save The Last Dance, Joshua Jackson aka Pacey de Dawson, bref la crème de la crème des hits télé & ciné US d’il y a 15 ans.

PARTIE II : LA MUSIQUE, OUI, LA MUSIQUE

Côté BO, c’est impeccable : Placebo, Fatboy Slim, The Cardigans, Blur et surtout, surtout, le « Bitter Sweet Symphony » de The Verve qui conclut le film dans une scène d’anthologie. Et tant qu’on est dans le mythique, on pourrait aussi citer celle où Ryan Philippe sort de la piscine tout nu pour séduire Reese Witherspoon, celle où il l’attend en haut d’un escalator pour lui déclarer son amour (apoplexie systématique des meufs devant l’écran) et, last but not least, celle où Sarah Michelle Gellar apprend à Selma Blair comment bien embrasser. Performance d’ailleurs justement récompensée par un MTV Movie Awards, c’est dire.

PARTIE III : NOSTRADAMUS

En lieu et place des robes à froufrous et de Keanu ‘Neo’ Reeves en queue-de-cheval de la (superbe) version de Stephen Frears, ici, c’est Buffy qui fout la merde dans l’Upper East Side. Vous constatez donc, les sales mioches bacheliers qui nous lisent, que Gossip Girl n’a rien inventé.

En outre, Merteuil est la demi-soeur par alliance de Valmont dans la version de 99. Quand on songe qu’elle lui promet une nuit d’amour s’il gagne à leur petit jeu de manipulation, un coucou à Jaime et Cersei Lannister s’impose.

Un film précurseur s’il en est donc, pour preuve cette phrase prononcée par Tara Reid en sanglots dans les 10 premières minutes du film : ‘There’s pictures of me on the Internet !’ (sous-entendu : pas hyper habillée). Pour ceux (celles) qui n’ont pas eu la moyenne au bac d’anglais, ça veut dire qu’un mec pas cool a réussi à balancer des photos d’elle à poil sur le net avant même qu’Instagram soit inventé. DUR DUR.

CONCLUSION

Sexe Intentions, c’était la K7 qu’on calait entre Coup de foudre à Notting Hill et Matrix, qu’on s’échangeait en gloussant dans la cour du collège et qu’on regardait à la fin des boums dans une atmosphère saturée d’hormones prépubères. La vie, la vraie.

Verdict ?

Fière représentante de Cinématraque à Montréal.

Je vous ai déjà parlé de Ryan Gosling ?

5 Comments

  • Répondre juillet 6, 2014

    Dom

    C’est un de mes premiers DVD. J’ai très peur de tout détruire en le revoyant aujourd’hui, mais qui sait…

    PS : les années 90, c’est quand même le début de la fin.

    • Répondre juillet 6, 2014

      Pauline Gérard

      Tu veux dire la meilleure décennie ever !

  • Répondre juillet 4, 2014

    FBP

    Excellent!

  • Répondre juillet 4, 2014

    Arnaud

    Et tout cela est vrai ! Cette génération où l’on prenait notre téléphone avec un gros clavier pour appeler les potes à qui on avait prêter une cassette et leur rappeler qu’il fallait impératif la ramener le lendemain !
    Remember and revival !
    Merci

    • Répondre juillet 6, 2014

      Pauline Gérard

      My pleasure

Leave a Reply