[Annecy 2021] Le meilleur des courts-métrages jeune public

Le festival international de l’animation d’Annecy est une belle occasion pour tous les fanas de dessins animés (comme moi) de crier haut et fort : c’est pas QUE pour les enfants ! Y a plein de créations qui sont pensées pour d’autres publics, et oui et oui !

Bon. Mais en vrai, y a aussi beaucoup d’art animé pour les gosses. Et même que nous, les adultes, parfois, on aime ça. Voici donc le meilleur de la sélection jeune public 2021 à Annecy !

Méga méga méga méga fête

Et quoi de mieux pour attaquer les choses sérieuses qu’une œuvre LITTERALEMENT créée par des enfants ? Sous la direction de Louise-Marie Colon et Simon Médard, quatorze gamins ont ainsi monté une histoire de toutes pièces sur un dragon qui veut faire la teuf. Sur de l’animation faite de papier découpé et de dessins adorablement grossier, le collectif crée ainsi une histoire totalement extravagante qui ne répond à aucune des règles de la dramaturgie des adultes… C’est rafraichissant.

Kiko et les animaux

Très classique dans son récit (Kiko est un gamin bruyant et rustre qui brusque les animaux de la ferme jusqu’à ce que ceux-ci se rebellent et tentent de lui faire comprendre que leur vie vaut autant que la sienne), on se laisse séduire aisément par ce film de Yawen Zheng, grâce à son style graphique très rétro – on dirait du vieux Takahata, ou du Crayon Sin-Chan -, à son animation très dynamique et surtout à ses très belles couleurs. C’est beau quoi.

RAWR

Le film de l’irlandaise Sorcha MgClinchey (j’avais pas besoin de préciser irlandaise vu son patronyme en fait) est sans doute le plus mignon et réussi de la sélection : il raconte l’histoire d’une petite fille OBSEDEE par les dinosaures, excitée à l’annonce d’un super film de dinosaures au cinéma. Elle compte les jours impatiemment en dessinant des dinos dans son costume de dino, mais quand vient enfin l’heure d’aller dans les salles obscures voir ce qui s’annonce être le MEILLEUR FILM de TOUS LES TEMPS… Le covid. Interdiction de sortir. La maman va alors transformer le salon pour conter son propre film de dinosaure avec les moyens du bord.

Difficile d’intégrer l’actualité ainsi dans un court-métrage, et pourtant la cinéaste y parvient avec une justesse troublante ; rien n’y semble forcé, et on comprend sans même le message écrit en fin de film que ce dernier est dédié à tous celles et ceux qui ont œuvré pour rendre cette année moins pénible. L’animation 2D est réussie, le graphisme et chara-design est à tomber par terre (la petite a les cheveux très roux avec des feuilles et des branches dedans, son costume de dinosaure est à mourir de mignonitude)… Et personnellement le film m’a rappelé mon enfance, lorsque j’avais moi-même transformé ma chambre en Jurassic Park avec des affiches 3D pour créer une aventure pour mon petit frère. Les beaux moments ne se perdent pas.

Inkt

Voilà un film simple et efficace de deux minutes à peine : Erik VERKERK et Joost VAN DEN BOSCH racontent l’histoire d’un poulpe maniaque qui tente d’indiquer au balayeur de l’aquarium une tâche sur la vitre. Mais il ne la remarque pas, malgré tous les efforts de la créature marine… C’est dynamique, c’est drôle, c’est une véritable leçon d’écriture dans sa progression narrative, bref, on aime.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.