Nuts! : la croyance fragile

Le mythe du self-made-man à l’américaine est, encore aujourd’hui, particulièrement passionnant. L’homme de la rue qui se lance, accomplit de grandes choses quitte à faire face aux détracteurs. Ce mythe a cette capacité de faire rêver n’importe quelle personne un peu ambitieuse. Je suis, moi-même, assez friand de ce genre de profil. Je ne parle pas ici de politique, mais d’avancées dans la recherche, dans la pensée, l’art ou les sciences. Dans une époque où l’émerveillement est volontairement mis à l’écart par le pessimisme, j’aime croire que certains font encore progresser nos idées. Imaginez alors, et malgré un départ plutôt circonspect, l’effet qu’a pu avoir l’histoire de Nuts ! sur moi, m’expliquant comment le médecin John R. Brinkley, il y a un siècle, à contre toutes attentes réussi à soigner l’impuissance sexuelle. C’est une légende, un récit parfaitement américain d’un individu proscrit par tous les spécialistes, mais aimé de tous ses patients. En transplantant des testicules de bouc chez des hommes, il s’est retrouvé à la tête d’une avancée médicale qui allait faire de lui quelqu’un de riche et puissant. Ce véritable empire qu’il se construit, lui permet par la suite de devenir le pionnier de la radiophonie. Il se met alors à divertir nombre d’auditeurs fidèles tout en faisant face à toutes les associations étatiques possibles. 

L’intelligence de Penny Lane est d’avoir choisi de réaliser son documentaire en suivant le chapitrage de la biographie autorisée de John R. Brinkley. Cette décision artistique lui permet autant de servir sa légende que de déconstruire le mythe. Le spectateur, lui, en ressort un peu sonné. Nuts ! narre l’histoire d’un être, si unique qu’on le soutiendrait dans n’importe laquelle de ses croisades. Cet homme serait capable d’accomplir de grande chose et de donner espoir. Il n’est pas conseillé d’en savoir trop sur le sujet avant de voir le film, pour s’autoriser la surprise. Le long métrage produit un effet d’étonnement en grande partie par l’utilisation habile du dessin animé. C’est ainsi que les hauts faits de carrières sont illustrés de façon inattendue. 

S’il nous donne l’impression d’être un simple reportage au départ, il s’échappe du récit des spécialistes et devient sa propre chimère. Nous saurons tout du personnage, jusqu’à sa mort. Ou bien nous n’en saurons jamais vraiment rien, vu la légende qui entoure le génie. C’est toute la beauté de Nuts !, qui remet en cause nos croyances dans les mythes modernes et les espérances qu’ils entraînent. On ne sait pas s’ils provoquent plus de bien que de mal, mais ils sont une part intime de notre histoire.

Nuts ! de Penny Lane, documentaire animé. Date de sortie inconnue. 2016

Étudiant en cinéma, j'apprécie tous les genres et passe mon temps à enrichir ma culture cinématographique.

Be first to comment