One Week and A Day de Asaph Polonsky

Deuxième comédie de la semaine après Victoria, One Week and a Day essaye de traiter de manière à la fois légère et profonde la question du deuil. Eyal et Vicky sont deux parents qui viennent de perdre leur fils unique. Lors de la fin de la période de deuil (une semaine dans la tradition juive), ils n’arrivent pas à reprendre le cours normal de leur vie, notamment à cause du fils des voisins, ancien meilleur ami du défunt.

One-Week-And-A-Day

Traiter des sujets durs comme la maladie ou la mort sur le ton d’une comédie douce n’est pas une nouveauté. C’est même sûrement un genre en soi. Dans cette catégorie One Week and a Day est sympathique sans convaincre totalement. Le trio d’acteurs est le moteur principal du film. Le père qui retombe en enfance, la mère désabusé et le fils des voisins surexcité sont tous très sympathiques et emportent l’adhésion du spectateur. De plus, le film est traversé de moments de grâce, au cimetière ou à l’hôpital, bien amenés et subtils qui lui donnent une profondeur et une force indéniable.

Le reste du film est cependant un peu fade. L’introduction trop longue et certaines scènes inutiles nuisent à son rythme. Au final, le réalisateur Asaph Polonsky reste peut-être trop sage ou trop borné dans son sujet. Ainsi, la relation entre le fils des voisins et le père, pourtant très bien installée, n’évolue plus à partir de la moitié du film. On aurait aimé en voir plus, que le film aille plus loin dans son idée et nous surprenne davantage.

Le film dégage donc une sympathique réelle mais ne marque pas les esprits et ressemble un peu trop à ce qu’on attend d’une comédie de ce genre.


Gaël Sophie Dzibz Julien Margaux David Jérémy Mehdi
2.5 Stars

Le tableau des étoiles complet de la sélection à ce lien


2

Un film de Asaph Polonsky

Ouvert à la discussion et tolérant, je ne pense pas détenir la vérité sur les films que je critique. Il se trouve seulement que j'ai meilleur goût que vous. Quand je ne regarde pas des films, je lis des comics parce que rêve d'être Peter Parker. Vous pouvez me retrouver sur coup-critique.fr

1 Comment

Leave a Reply