Me’Ever Laharim Vehagvaot, d’Eran Kolirin

1

À ce titre qui ressemble au nom d’un personnage de Terry Pratchett, on préférera sans doute la traduction Beyond the Mountains and Hills, soit Au-delà des montagnes et des collines. Ce qui nous annonce donc, si on est un peu logique, à une espèce de mix entre Au-delà des montagnes de Jia Zhang-ke et Au-delà les collines de Cristian Mungiu. Ca ressemblerait pas forcément à grand chose, mais ça repartirait certainement de Cannes avec un prix dans la musette.

De ce film, on ne sait encore pas grand chose si ce n’est qu’il traite des désillusions d’un vétéran de l’armée israélienne, qui ne reconnaît plus son pays après 22 ans de service. La musique semble selon son réalisateur être un élément essentiel du film, mettant en lumière des artistes locaux comme Arik Einstein, Yarkon Trio ou encore Shlomo Artzi. Ca tombe bien, puisque le réalisateur en question, c’est Eran Kolirin, qui s’était révélé avec le petit phénomène La visite de la fanfare (cf la photo illustrant l’article), Prix FIPRESCI et Prix de la Sélection UCR en 2007 avant de séduire plus de 500.000 spectateurs en salles. Quelqu’un qui s’y connaît un petit peu en musique donc.

2

Un film d’Eran Koliran avec Alon Padot, Shiri Nadav et Noam Ambar.
Date de sortie en France encore inconnue.

L'admin c'est le Deus Ex Machina du site. c'est une voix neutre mais forcement portée par l'un ou l'une d'entre nous.

1 Comment

Leave a Reply