Des jeunes femmes disparaissent : du cul psychédélique radical

Nos notes

Bien qu’il s’en défende avec sa véhémence habituelle, Des jeunes femmes disparaissent permet à Jean-Claude Brisseau de poursuivre, à la manière d’un peintre, une étude qu’il avait déjà mise en scène par deux fois. Investissant le registre du fait divers, le cinéaste s’inspire du travail de la narration inventé par Alfred Hitchcock pour tester de nouveaux outils. En 1973, les jeunes femmes disparaissaient via la pellicule 8 mm, hantée par la musique de Psychose et d’Halloween. En 1975, il y ajoutait couleur et son grâce au Super 8. Aujourd’hui c’est tout naturellement que cette étude devient le socle d’une nouvelle réflexion sur la narration en utilisant les dernières techniques de la projection en relief. Entretemps, Brisseau est devenu un cinéaste, reconnu, frondeur, controversé mais néanmoins respecté. Difficile, dès lors, de considérer ses expérimentations comme des films amateurs. S’il demeure amateur, c’est du corps des jeunes femmes.

On le sait : il en faut, du courage, pour travailler avec Brisseau, surtout si l’on est une femme. Sa franchise confine à la brutalité, son attitude autoritaire et sans concessions ont sans nul doute entraîné sa chute. En cela, Brisseau est un peu l’équivalent, pour le cinéma d’auteur français, de John McTiernan dans l’industrie hollywoodienne. Deux personnages incorruptibles ayant franchi, comme tant d’autres, la ligne rouge. Le monde du cinéma peut très bien passer les dérives sous silence, pour peu que l’on accepte de jouer le jeu du groupe, ce à quoi l’un et l’autre se sont toujours refusés. Pour autant, leur talent leur permet tout de même d’être repêchés et de continuer, bon gré mal gré, à travailler. C’est ainsi que Brisseau est soutenu par la critique mais surtout par Olivier Père, à la tête du pôle cinéma d’Arte. C’est ce dernier qui a poussé les festivals et le cinéaste à projeter son home movie. Des jeunes femmes disparaissent est un excellent moyen de se confronter au cinéma de Jean-Claude Brisseau. Toujours sur la défensive, jouant de son corps à la façon d’un Depardieu, il impressionne et il est évident que le cinéaste s’en sert pour diriger ses actrices. Fasciné par la jouissance féminine, il semble avoir d’abord refusé de le comprendre en choisissant, dans ses premières études, d’interpréter l’un des tueurs violeurs. A la vision de ces trois études, filmées sur près de 40 ans, difficile de ne pas constater le chemin parcouru dans son rapport aux femmes et sa façon de traiter de son fantasme des amours lesbiens.

des_jeunes_femmes_disparaissent_6_c_jean-claude_brisseau-1

La dernière version de Des jeunes femmes disparaissent est d’ailleurs éloquent à ce sujet : il n’est plus question pour lui de jouer le rôle du violeur, mais de chercher, via une utilisation poétique du relief et de l’incrustation, à percer une nouvelle fois le mystère de la jouissance féminine. Cette séquence fantasmatique est sans doute la plus belle du film, tentative naïve de mettre en images l’orgasme, qui rappelle forcément les expérimentations de Saul Bass et Alfred Hitchcock dans Vertigo. Cette proximité avec le maître pousse d’ailleurs à lier le travail de Brisseau avec celui de Dario Argento pour son Dracula. Les trois cinéastes n’ont pas seulement comme point commun d’être connus pour leur rapport difficile aux femmes, mais aussi pour leur utilisation des techniques cinématographiques en vue de faire évoluer la narration du médium, ou tout du moins de leur propre cinéma. On trouve par ailleurs, entre les deux disciples d’Hitchcock, beaucoup de correspondances dans leur utilisation de la 3D. Tous deux n’ont que faire de l’intrigue. Seules comptent l’image en mouvement, la captation de la lumière et la profondeur de champ : c’est à la puissance du cinéma qu’ils se vouent. Cette croyance les pousse à des choix radicaux, souvent surréalistes, à mille lieues du rapport habituel des spectateurs au cinéma. Tout comme le clin d’œil à Carpenter et à son hitchcockien Halloween, il est donc normal de retrouver, dans les dernières scènes de son film, des résurgences du cinéma d’Argento. Évoqué plus haut, McTiernan est une autre des références avouées de Brisseau. Une version de Predator gonflée en relief fut l’une des œuvres qui le poussèrent à réfléchir sur le relief. S’il fut déçu par la version 3D du film, force est de constater qu’il se montre très inspiré par le cinéaste américain dans le découpage des scènes, presque exclusivement tournées chez lui, les jeunes femmes se trouvant ainsi coincées dans un vaste appartement où se cachent, comme dans Predator, des monstres fantomatiques.

Certes, les différentes versions de Des jeunes femmes disparaissent, trop home-made, trop expérimentales, n’auront aucun intérêt pour les spectateurs du dimanche, mais les apprentis cinéastes auraient tort de les négliger. À ceux qui souhaiteraient s’aventurer dans les technologies du relief, il faut avoir en tête que, pour Jean-Claude Brisseau, comme pour d’autres cinéastes à travers le monde, le procédé est loin d’être au point, et ne mérite pas forcément d’être utilisé actuellement.

* La photo, en tête d’article, est tout ce qu’il reste de ma rencontre avec le réalisateur, qui a refusé catégoriquement d’être interviewé au sujet de son dernier film, prétextant que les conditions de projection étaient catastrophiques, et que personne n’avait vu le film souhaité. Cependant, le cliché immortalise la poursuite d’une discussion entamée la veille autour de quelques verres de vin. Discussions qui m’ont aidées à écrire cet article.

Des jeunes femmes disparaissent, Jean-Claude Brisseau, avec Anna Sigalevitch, Camille Polet, Fabrice Deville, 30 minutes, 2014.

Verdict ?

Après un parcours scolaire chaotique et pas mal de soirées vidéo bis, je me réfugie à l’université pour y faire grève et bouffer du film. Je m’y passionne pour la critique et l’écriture de scénario. Depuis, je m’efforce de trouver du boulot là où il est question de ciné. Après La Cinémathèque Française et UniversCiné et des collaborations aux Fiches du Cinéma et Culturopoing, je pris goût à l’ivresse du pouvoir, en 2012, en co-fondant Cinématraque. Je collabore également à La 7e Obsession.

Be first to comment