Sexe au cinéma ? La scène de l’hôtel dans Y Tu Mama Tambien

ATTENTION : La (superbe) vidéo contenue dans cet page ne convient pas à tous les publics. Elle est hébergée chez un site olé-olé, et il est donc plausible qu’à la fin de celle-ci soient suggérées des scènes de cul autrement moins réfléchies.

Une bonne scène de sexe dans un film ça peut être le moment plaisant où l’esthétique du film transcende le plaisir physique pour en faire un vecteur de frissons et d’émotions, ça peut être le moment où tu te rinces l’oeil devant la plastique magnifique des corps nus et moins vulgaires que dans les pornos, ça peut aussi être le moment gênant en famille quand tu fixes l’écran sans oser croiser le regard de ton père assis de l’autre côté et où tu pries pour que la scène s’arrête au plus vite…

Avec Y Tu Mama Tambien d’Alfonso Cuaron c’était un peu les trois. Le sexe est omniprésent dans le film. Deux jeunes adolescents avides de sexe, excusez le pléonasme, partent en road trip avec leur cousine Luisa, adulte belle et sexy (jouée par Maribel Verdu, exquise dans le récent Blancanieves), et une seule idée en tête. Les scènes sont explicites, crues et réalistes. Courtes aussi, car nos intrépides héros ont du mal à contrôler leurs désirs enfin assouvis.

Ma préférée est celle dans l’hôtel, où Luisa prend finalement les choses en main et choisit l’un des deux garçons pour lui exaucer ses voeux. Le film finit magnifiquement par un threesome dans lesquel Luisa disparaît de l’écran (par le bas) pour que la caméra se concentre sur nos héros, debout, qui franchissent un nouveau pas dans leur amitié. J’aurais donc pu profiter à la fois de la profondeur sentimentale et esthétique du film, de la sensualité des scènes de sexe, et de Maribel Verdu, si je n’étais pas assis à l’étroit entre deux amis (un garçon et une fille) que j’avais invités pour manger.

C’était un moment assez étrange de voir toutes ces scènes crues se succéder à leurs côtés. La gêne n’était pas aussi intense qu’avec ma famille bien sûr, mais elle était quand même présente et empêchait d’être réellement excité par le film.

J’ai quand même été touché par cette belle oeuvre sur le désir, l’amitié et la jalousie (non, je ne vous dirai pas comment a fini la soirée, bande de pervers !).

Rendez-vous également sur le classement de la rédaction des 10 scènes de cul qu’il faut avoir vues.

Ouvert à la discussion et tolérant, je ne pense pas détenir la vérité sur les films que je critique. Il se trouve seulement que j’ai meilleur goût que vous. Quand je ne regarde pas des films, je lis des comics parce que rêve d’être Peter Parker. Vous pouvez me retrouver sur coup-critique.fr

1 Comment

Leave a Reply