« We are the best ! », leur côté punk

Alors que les années 1980 viennent de débuter, et que le disco écrase tout sur son passage, deux collégiennes, Bobo et Klara, font de la résistance au pays d’Abba. En formant leur propre groupe, elles veulent prouver que « punk is not dead ». Elles sont bientôt rejointes par Hedvig, aussi timide que virtuose de la guitare.

En 2008, Coco Moodysson publiait Never Goodnight (inédit en France), un roman graphique inspiré de sa propre adolescence. Six ans plus tard, son mari, le réalisateur Lukas Moodysson, essentiellement connu chez nous pour Fucking Åmål (1999) et Lilya 4-ever (2002) – deux autres films centrés sur des jeunes filles -, le porte à l’écran. Récit initiatique oblige, We are the best ! montre comment trois adolescentes se consacrent au punk pour traverser leurs années rebelles et s’émanciper de l’enfance. C’est moins l’aspect musical (l’engagement de leur première composition, « Je hais le sport », se borne à la dénonciation de la tyrannie des cours d’EPS) que les valeurs et /ou symboles associés au punk (l’insoumission, l’affirmation de soi, la marginalité, la provocation, l’entêtement à aller à contre-courant) qui fascine et motive ces collégiennes. Vomissant le disco et la pop tiédasse, elles cultivent leur singularité en défendant avec acharnement le punk qui, en 1982, est passé de mode. Et doivent donc supporter les remontrances de leurs parents aussi bien que les moqueries de leurs congénères.

Petites bêtises, grandes révoltes (et inversement)

We are the best ! montre certaines limites (plusieurs scènes confirment à de simples vignettes vintage) mais se nourrit de l’énergie de ses trois protagonistes. Bobo et Klara, crête et cheveux courts, sont des personnages d’une irrésistible drôlerie. La taiseuse Hedvig, qui subit les vannes des deux autres au sujet de sa foi, touche par sa fragilité de façade. Leur naïveté et leur inconscience toutes adolescentes, mais aussi leur courage et leur détermination, en font des héroïnes très attachantes. On suit leurs premiers émois, leurs petites bêtises et leurs grandes révoltes (et inversement), avec le sourire aux lèvres. Un vrai feel-good movie.

We are the best !, Lukas Moodysson, avec Mira Barkhammar, Mira Grosin, Liv Lemoyne, Suède, 1h42.

Je suis cinéphage, avec un appétit particulier pour les films de genre. Je fais rarement la fine bouche, je ne dis pas « je n’aime pas » tant que je n’ai pas goûté, et je peux même me régaler de films que beaucoup trouveront indigestes. Mon péché mignon : le cinéma horrifique italien. Mes recettes préférées : celles du chef Dario Argento. Et quand je ne m’attable pas devant un film, je suis journaliste.

Be first to comment