Lost River : le baptême du feu de Ryan Gosling

Nos notes

Véritable émoi sur la Croisette pour l’arrivée de Ryan Gosling. La foule immense dans la file d’attente prouve que c’est lui la vedette d’Un Certain Regard. C’est la première fois depuis que je suis là que la salle est dans un tel état d’excitation. Le pauvre Thierry Frémaux a même du rappeler l’audience à l’ordre lors de son discours introductif quand il a vu que la moitié du public lui tournait littéralement le dos pour essayer d’apercevoir la star. Celui-ci présentait son premier film en tant que réalisateur, Lost River. Celui-ci vaut-il vraiment tant d’agitation ?

Difficile de résumer ce qui se passe dans le film. Pour son coup d’essai Ryan Gosling, a opté pour un film très étrange. Dans une ville quasi-désertique, une femme essaye de garder sa maison à tout prix tandis que son fils aîné se bat contre un caïd coupeur de lèvres. Bon, j’aurai essayé. On pense beaucoup à David Lynch mais aussi à Refn, évidemment. On sent que le néo-cinéaste s’applique beaucoup pour proposer un film original et intense. Et cela fonctionne par instants. Certains plans très réussis et quelques très bonnes idées de mise en scène montrent que Ryan Gosling a des choses à dire et à faire derrière une caméra. L’univers qu’il crée devant nous est assez intriguant pour qu’on s’y intéresse, mention spéciale au cabaret morbide à la fois déroutant mais tristement crédible.

Malheureusement, le film est vraiment inégal. Certaines idées sont vraiment catastrophiques (la scène du rat, au secours!) et d’autres juste inutiles. La volonté de Ryan Gosling de bien réussir son premier film et de se démarquer se voit beaucoup trop. Et s’il y a bien une chose insupportable au cinéma, c’est de voir l’intention de l’auteur s’afficher sur l’écran. C’est d’autant plus le cas quand le film essaie de sortir des chantiers battus. Comme lorsqu’on laisse l’étiquette du prix sur un cadeau, Ryan Gosling semble avoir tamponné son film de la marque « ATTENTION FILM ETRANGE ». L’ensemble semble donc trop appliqué, trop soigné pour émouvoir et véritablement surprendre. On sent aussi derrière ce film, le stress de la première fois. Stress d’autant plus compréhensible pour une vedette qui tente de passer derrière la caméra et qui doit prouver qu’il ne doit pas sa visibilité uniquement à son statut de star mais aussi à son talent. On comprend alors que Ryan Gosling ait voulu imposer sa marque immédiatement au risque d’en faire trop. Cet homme serait-il humain finalement ?

Le film reste néanmoins intéressant et ne doit pas être jeté en bloc. Christina Hendricks, qu’on savait déjà merveilleuse dans Mad Men, fait bonne impression en mère courage. Le reste du casting est correct sans être transcendant. Les thèmes brassés par le film sont actuels : il est surtout question d’aliénation dans ce film, à l’argent, au sexe, à la violence. Dans un monde qui ne semble plus avoir de règles, ce sont les pulsions qui règnent et enferment les individus. Le maléfice dont le fils aîné cherche à se libérer n’est que le symbole de cette subordination de l’homme à ses désirs profonds. Il y a donc bien matière à réflexion dans ce film qui n’est pas une pure coquille formelle. Mais là aussi, ces idées semblent s’empiler un peu confusément sans réelle vision d’ensemble. Et en sortant de la séance, on a quand même l’impression d’un film parfois un peu vain.

Difficile donc de porter un jugement définitif sur ce que nous propose Ryan Gosling. Même si les défauts du film sont évidents, on perçoit les signes d’un certain potentiel de réalisateur. Il faut donc attendre ses prochains films pour voir si une fois libéré de la tension initiale, il saura nous proposer des œuvres plus humbles et surtout plus personnelles. Ryan Gosling est certainement capable de faire de bons films, pour en être sûr il faudra qu’il en fasse.

Lost River, de Ryan Gosling avec Christina Hendricks & Saoirse Ronan – Sortie prochainement

Verdict ?

Ouvert à la discussion et tolérant, je ne pense pas détenir la vérité sur les films que je critique. Il se trouve seulement que j’ai meilleur goût que vous. Quand je ne regarde pas des films, je lis des comics parce que rêve d’être Peter Parker. Vous pouvez me retrouver sur coup-critique.fr

1 Comment

Leave a Reply