Le Loup de Wall Street et la pensée magique

Nos notes

Après avoir rendu à Méliès, l’un des tout premiers magiciens du cinéma, un hommage sublimé grâce aux nouvelles technologies (Hugo Cabret), Martin Scorsese revient à ses premières amours, les gangsters. Anthropologue de la mafia italo-américaine, l’auteur poursuit son étude de la cupidité à travers l’économie américaine. On le sait au moins depuis Gomorra (Roberto Saviano), les pratiques de l’économie légale sont aujourd’hui inspirées des expérimentations commerciales du crime organisé ; la brutalité du capitalisme moderne, son caractère inhumain, trouvent leur origine dans les pratiques mafieuses. Loin de chercher à rivaliser avec l’excellent et pédagogique Wall Street d’Oliver Stone, Le Loup de Wall Street ne se veut pas un film à thèse et, plutôt que de sacrifier son histoire au profit d’une dénonciation pure et simple du capitalisme, voit l’auteur se projeter dans le corps de son héros. Il y a chez ces escrocs qui, ces trente dernières années, ont contribué à imposer une financiarisation du capitalisme, quelque chose de magique, leur travail façonnant un monde qu’ils souhaiteraient semblable à leurs rêves. Le profit personnel, pensent-ils, profite à la communauté. Et, dans le cas qui nous intéresse, les entorses à la légalité se font sur le dos des plus grandes fortunes. Jordan Belfort, puisque c’est de lui qu’il s’agit, use effectivement de la pensée magique : il n’y a pas de mal à voler les riches.

ce qui fait toute la beauté du film, cette jouissance communicative

On retrouve chez le courtier un sens de la mise en scène auquel le réalisateur, non sans malice, aime ici à comparer son propre travail. Issus d’un même milieu populaire, Martin Scorsese et Jordan Belfort ont en commun d’avoir su utiliser l’argent des autres pour se faire plaisir, et inventer un monde propre à faire fantasmer les masses. C’est sans doute ce qui fait toute la beauté du film, cette jouissance communicative : s’il s’inscrit dans la continuité du récit scorsesien de l’Amérique du crime, Le Loup de Wall Street n’est ni un polar sanglant, ni un film de gangsters à proprement parler, mais bel et bien un retour à la comédie, comme semblait l’indiquer la présence au casting de Jonah Hill et de Jean Dujardin. Si le second reprend un personnage comparable à celui qu’il incarnait dans OSS117, le premier endosse ici un rôle plus ambivalent. De l’acteur, Scorsese retient surtout sa façon d’entretenir le malaise, jusqu’à faire de son personnage le plus troublant et le moins comique du film. Depuis La Valse des pantins, Scorsese sait introduire de l’inquiétude dans la comédie, et employer les familiers du genre à contre-emploi. C’est d’ailleurs à ce film que l’on pense en particulier, par son choix de rester dans la légèreté tout en dressant le tableau de la cruauté du monde et de la violence des rapports humains. Il y a d’ailleurs beaucoup de similitudes entre Jordan Belfort et Rupert Pupkin, si ce n’est qu’ici la personnalité complexe du second se retrouve autant chez le personnage interprété par Di Caprio que chez celui composé par  Hill. Le Loup de Wall Street peut aussi être envisagé comme une parodie des Affranchis, les deux films s’ouvrant par les fameux tic de mise en scène dont Scorsese est coutumier, un acte violent (ici, l’utilisation de nains pour un jeu cruel), une image gelée et un discours amorcé en voix off. De même, on n’a pas de mal à se figurer Di Caprio reprenant  son compte les propos tenus par Ray Liotta, « aussi loin que je me rappelle, j’ai toujours rêvé d’être un gangster ». A l’image de Henry Hill, dont l’histoire constituait la matière première des Affranchis, Jordan Belfort n’est pas le fruit de l’imagination du cinéaste. C’est la façon dont celui-ci sonde l’âme de son personnage, usant d’images spectaculaires pour donner un sens aux délires de l’homme historique, qui font du Loup de Wall Street une authentique fantasmagorie. Face à la vague de 30 mètres qui menace d’engloutir le héros, on pense ainsi à Jérôme Kiervel qui, dans son interview accordé à Denis Robert dans les Inrockuptibles, faisait appel à cette même image destructrice.

chez Scorsese, les super-prédateurs finissent comme des larves.

Certes, depuis le titre jusqu’à l’une des scènes les plus drôles du cinéma scorsesien (où l’on voit Di Caprio se mouvoir comme une limace pour rejoindre sa voiture), le parallèle établi entre le capitalisme financier et la cruauté de la nature est un peu lourde. Mais l’idée est assumée et fièrement revendiquée. De même que la réalité d’un tournage est loin d’être aussi magique que son résultat final, le capitalisme vend un mensonge et, loin de garantir la jouissance pour tous, pousse tout un chacun à la destruction de l’humanité. On se souvient du design sonore bestial employé par Oliver Stone dans L’Enfer du dimanche ; ici encore il s’agit de montrer la déshumanisation de l’individu, sa transformation en bête sauvage. Chez Stone, des fauves se transformaient en bovins conduits à l’abattoir ; chez Scorsese, les super-prédateurs finissent comme des larves. En mettant au-dessus de tout le profit personnel, le personnage ne détruit pas seulement le monde, il se détruit lui-même.

Pour bon nombre d’idéologues, le capitalisme est naturel. Ce que suggère le film, c’est qu’il n’en est pas moins inhumain. Les sociétés se définissent en effet par l’établissement de lois et d’un sens moral censés permettre à leurs membres de ne pas s’entre-tuer. En-haut de l’échelle de la finance, Scorsese montre que pour que ce système criminel perdure, les réflexes primitifs des sociétés humaines sont primordiaux. On pourrait comparer Belfort au gourou d’une secte de fanatiques, mais c’est sans doute à la figure d’un chaman qu’il s’apparente le plus volontiers. Plus encore que dans les précédents films de Scorsese, l’usage des drogues déborde la simple étude sociologique pour acquérir une force symbolique, leur sur-consommation conférant aux personnages incarnés par Di Caprio et Hill un statut à part dans la société, et s’apparentant à un moyen de fusionner l’homme et l’animal. Mieux, en cherchant la monstruosité qui est en lui, Di Caprio reprend à son compte la façon dont les chamans étaient considérés : comme des marginaux, certes fascinants, mais aussi repoussants par leur façon de mettre en avant leur part animale et monstrueuse. La magie, encore et toujours, mais noire et destructrice. La voie choisie par le capitalisme ne conduit qu’à cela, et il n’est pas certain qu’à la fin du film, pour Scorsese, les choses soient vouées à changer, bien au contraire. Par l’un de ces hasards qui distingue parfois les grands cinéastes, Le Loup de Wall Street s’achève sur une image semblable à celle choisie par Jia Zhangke pour clore son sublime A Touch of Sin – les spectateurs.

Le Loup de Wall Street, Martin Scorsese, avec Leonardo Di Caprio, Jonah Hill, Margot Robbie, Etats-Unis, 2h59.

Verdict ?

Après un parcours scolaire chaotique et pas mal de soirées vidéo bis , je me réfugie à l'université pour y faire grève et bouffer du film. Je m'y passionne pour la critique et l'écriture de scénario. Depuis, je m'efforce de trouver du boulot là où il est question de ciné. Après La Cinémathèque Française et UniversCiné et des collaborations aux aux Fiches du Cinéma et Culturopoing, je pris goût à l'ivresse du pouvoir, en 2012, en co-fondant Cinématraque.

7 Comments

  • […] de Cédric Jimenez. A commencer par Dujardin, qui quelques mois après sa ridicule prestation chez Martin Scorsese remonte à la surface, livrant une prestation des plus honnêtes dans le rôle du juge […]

  • Répondre janvier 13, 2014

    Chantraine

    Même si l’on considère que nous voyons le monde du « loup » avec un regard déformé par les drogues, où le réél et l’hallucinatoire ne se distingue plus, il n’en reste pas moins qu’aucune image du film n’est belle.
    Couleurs criardes, gestuelle sans grâce,sexualité mécanique et répétitive, élocution frénétique.
    La laideur physique des personnages est exaltée. Même les femmes « canon » sont de papier glacé.
    C’est sans doute le prix pour rendre compte d’un monde désenchanté, mais ça ne fait pas un beau film…
    D’autre part, le fonctionnement économique de la firme n’est pas clairement expliqué (au contraire de ce qui était fait dans « les Affranchis ») la magouille des « commissions » ne suffisant pas à expliquer le succès. Dès lors le scénario pêche par l’arbitraire de ce flot continu d’argent inexpliqué… Comment faire devenir riche des centaines de téléphonistes avec une arnaque d’aussi petite envergure?
    En fait le film par cette invraisemblance participe d’un certain obscurantisme, laissant planer l’idée que seuls quelques malfrats seraient les brebis galeuses de la bourse.
    On sourit aussi de voir Scorsese reprendre sans pincettes des personnages d’agents incorruptibles du FBI… On l’a vu plus perspicace sur cette institution dans d’autre films.
    Enfin, le son est mauvais, aggressif et criard…
    Bref Scorsese semble s’être mis au cinéma commercial. Espérons qu’il ne fera pas « Le loup, le retour » ni « la meute contre-attaque »…

    • Répondre janvier 13, 2014

      GAEL

      Je pense qu’il faut se méfier du beau, mais par ailleurs, plus que la recherche de l’image belle, il s’agit plutot de chercher la vulgarité (et cette vulgarité a été l’une des thematiques du cinéma américain en 2013 : Spring Breakers, Bling Ring par exemple). Alors oui Le Loup est vulgaire, mais ça le rend interessant pour cette raison. Quant au fonctionnement économique, ce n’est pas le sujet du film, ça reste un spectacle, il traite plus de la fascination/répulsion de tout à chacun face au mode de vie de certains agent du capitalisme financier.

  • Répondre décembre 28, 2013

    jsma

    Je ne vois pas trop le rapport avec A Touch of sin, film ennuyeux à mourir. Le Loup de Wall Street est, au contraire, galvanisant: tout le film est porté par la performance monstrueuse de Léo, qui donne le la et laisse les autres acteurs dans les limbes (notamment Jean Dujardin, complètement égaré et vraiment très très mauvais). Par ailleurs, je ne sais pas si Le Loup parle vraiment du capitalisme, il est tellement grotesque, tellement en dessous de la ceinture que je crois qu’il ne parle rien d’autre que de jouissance, quelle que soit la forme qu’elle peut prendre (drogue ou sexe). Les bureaux de Gordon Gekko dans Wall Street sont aujourd’hui habités par ses enfants partouzards: une tribu de singes en rut. Voir ma critique sur alphaville60.overblog.com.

    • Répondre janvier 1, 2014

      GAEL

      Le loup de Wall Street est le contre champ de Touch of Sin. Le dernier plan des deux films se répondent, c’est pour moi une évidence (et, j’ai pu constater que je n’étais pas le seul à le constater). Oui le film parle de jouissance, mais la jouissance est aujourd’hui une émanation du capitalisme, c’est la grande force de cette idéologie, d’avoir pervertie la jouissance.

  • Répondre décembre 25, 2013

    Eve

    Bel article pour un film étonnant effectivement… Si on n’avait moins le sentiment qu’il tourne en rond, il eut été parfait!
    La scène de la limace est effectivement GÉNIALE, on regrette que sur 3H, il n’y en ait pas un peu plus qui nous fassent déconnecter à ce point de « film » lui même, un peu trop présent à l’écran.

Leave a Reply