Tony Scott, regarde-les, ces critiques qui se battent pour toi

Tony Scott est décédé. C’est plus ou moins triste, sur un plan cinématographique, selon l’édito que l’on décide de lire. Chez Télérama, Jérémie Couston affirme que ça n’est pas une grande perte tandis qu’aux Inrocks, Jacky Goldberg fait dans la dithyrambe. Il y en a donc pour tous les goûts, et ça polémique sévère sur l’internet. Aucun souci pour Dzibz, qui kife les commentaires belliqueux de l’internet. Pour lui, le souci est ailleurs…

Quand j’étais môme, je me voulais futur critique de cinéma. Quand j’étais ado, je n’en démordais pas. L’idée, c’était de parler comme François Bégaudeau et de croiser mes doigts en parlant dans des gestes fluides comme tout, exposant des théories à peine maîtrisées, intellectualisant le moindre plan insignifiant. Je voulais être un intello, je voulais voir du chiant, du long, des films avec des méduses qui bougent pas et des Chinois muets.

Les gens diraient me détester, mais adoreraient, dans d’érudites conversations, faire leurs des arguments alambiqués tirés de ma plume acerbe.

Aujourd’hui j’écris un peu sur des films, sans plume acerbe mais avec une passion certaine. Je ne suis pourtant pas encore certain de vouloir franchir la frontière du critique, désormais assez assimilable à la frontière du snob. C’est que je ne suis pas splendidement beau, en tout cas pas assez pour être aimé malgré un comportement de gros connard prétentieux, et que je tiens plutôt à mes amis et à mes guilty pleasures. Parce que j’avoue, je me mate souvent les films d’Eric et Ramzy quand ça va pas, et je m’endors fréquemment devant des films nippons de plus de 12 minutes.

Tony Scott, je kife. Top Gun, je kife. Unstoppable, je surkife. Je sais pas te dire pourquoi, Jérémie Couston. Sûrement à cause des EXPLOSIONS et des fondus enchaînés sur des hélices d’hélicoptères. T’as l’air en tout cas assez sûr de toi, et ça me plaît. J’adore être en désaccord et finalement assez dénué d’arguments. Comme face à Eric Zemmour. Merci de me laisser te détester.

Donc moi je l’aime bien ton article, et j’aime aussi les commentaires belliqueux en émanant. Le cinéma déchaîne les foules, et c’est très bien ainsi. Les pas d’accord sont toujours plus bruyants que les d’accord, mais le débat est ouvert, et Tony Scott serait assez fier, finalement, pensé-je (à condition qu’il soit à un moment donné dans le débat question d’hélicoptères). Seulement voilà, c’est par l’intermédiaire d’un tweet que j’y suis arrivé, sur ta nécro. Un tweet de Jacky Goldberg, un confrère à toi des Inrocks. L’homme, que je lis également fréquemment, et qui a pour sa part écrit une dithyrambique et géniale nécro au frérot Scott. Désaccord tacite, c’eût dû rester. Rien de plus normal dans le monde de la presse. Seulement, le type sort ce tweet bien plus dégueulasse que ton article :

Se pose alors la question : n’est-ce pas tout nase qu’un journaliste se dise « consterné » par un écrit d’un autre journaliste, qui plus est pour se faire un coup de personal branling sur un réseau social ? Si eux-mêmes ne se tolèrent plus, comment peuvent-ils exiger le respect d’un lectorat exigeant, cinéphile et toujours présent ? Comment peuvent-ils décemment ne jamais cesser de se plaindre des « commentateurs abrutis jamais contents du net » ? A la manière des footballeurs de l’équipe de France qui se foutent de la gueule de leurs supporters et équipiers, il faudrait que ces érudites plumes veillent à cesser de se foutre de la gueule de leurs lecteurs, ainsi que de leurs collègues.

Le presse écrite est encore vivante. Elle agonise, mais vivote. Elle a besoin de se retrouver un rythme de croisière, pas de créer des micro-embrouilles-pétards-mouillés. Elle ne doit pas être un feu de bois, mais gagner en constance, s’étayer, ne pas céder à la guéguerre twittesque. Elle a une plus-value certaine sur le média web, car plus de moyens et un lectorat plus volontaire, moins passif.

Non, Jérémie Couston, ne change rien. T’as complètement tort sur Tony Scott (oui, je suis un abruti de commentateur du web), mais ne change rien. Dis-nous ce que tu penses, agace-moi. Et écrivez tous ce que vous pensez, sans vous dénigrer les uns les autres. Laissez ce plaisir de vous détester et de vous engueuler aux internautes.

Rendez hommage à Tony Scott à votre façon, toutes, même antagonistes, se complètent.

Quelle joie de lire une critique dithyrambique à propos d’un film qu’on a détesté et inversement. Adorer détester le critique, adorer déchirer son journal, à l’avis bien plus étayé que le mien. Adorer avoir tort mais raison, raison mais tort. Débattre à travers du papier glacé, voire un écran. C’est pour ça que vous existez, c’est pour ça que Cinématraque existe.

Quand je serai grand, je serai critique ciné de presse écrite. Ou bien Tony Scott. J’hésite encore.

(Dzibz n’étant pas mon vrai prénom)
Red’chef ici, extrêmement sévère avec les autres, mais pas du tout avec moi, hashtag YOLO.

20 Comments

  • Répondre août 26, 2012

    Quentin

    Je suis tout à fait d’accord avec Sylvie. Fermez votre site à deux balles. Creusez vos trous et foutez vous des coups de pelles dans la gueule ça nous fera des vacances. Vous voulez de vraies critiques constructives ? Allez sur Krinein.

    • Répondre août 27, 2012

      THOMAS

      Quentin, ça fait plaisir d’avoir de tes nouvelles !

      Papitou demande si tu viens pour les vacances (et Mamina, si tu t’es trouvé une fiancée : tu la connais, elle est très indiscrète). Viens passer quelques jours ! On fera des balades. Bisous !

    • Répondre août 27, 2012

      Anne-C

      Entièrement d’accord avec Quentin. On se fait une partie de cartes Magic maintenant ?

    • Répondre août 27, 2012

      John C. Leroy

      Je ne suis pas contre la partie de cartes, Anne-Cé, mais… Avant ou après avoir creusé les trous ? Priorité aux actes, remarques et conseils importants ^^

      • Répondre août 27, 2012

        THOMAS

        Une partie de Mario Kart, plutôt ? Bon, il nous faut quatre manettes. (Creusons d’abord, nous rirons ensuite.)

        • Répondre août 27, 2012

          John C. Leroy

          Je laisse une peau de banane à l’entrée du trou. Quand quelqu’un tombera dedans, il brisera une cordelette qui déclenchera un coup de pelle en pleine poire.

          Et ça ne fait que deux fruits sur cinq.

          • août 27, 2012

            THOMAS

            Tu as raison : il faut suivre les recommandations du ministère. (Je pense qu’en lisant nos commentaires, Quentin sera content : ça, il ne pourra pas dire qu’on le prend pour un con.)

          • août 27, 2012

            John C. Leroy

            C’est plus que certain =)

  • Répondre août 23, 2012

    Dzibz

    Sylvie, je ne sais pas quoi te répondre, puisque manifestement on se tutoie.
    Peut-être que je veux me marier avec toi, ou alors te donner des petites gifles sans m’arrêter.

    La première solution m’est moins belliqueuse, mais plausible puisque sur Cinématraque (j’écris ailleurs, oui, d’aucuns paient même pour ma plume dégueulasse, les cons), tu es ma première troll. Ca m’émeut, ça me touche, j’ai des frissons. Nous ne nous aimerons pas vraiment, mais la haine c’est déjà pas mal.

    JE SAIS PAS QUOI TE REPONDRE, plus sérieusement.

    L’idée c’est qu’un site comme ça, c’est des heures et des mois de travail, tandis qu’une remarque chiée comme la tienne t’a pris une minute, met tout le monde mal à l’aise et tue notre entrain. Je ne te félicite pas. Non, je te déteste, derrière ton petit écran, fouine.

  • Répondre août 23, 2012

    Raseur

    Tony Scott, c’est aussi Hunger, avec Catherine Deneuve et David Bowie des des roles de vampires… Un vieux nanar oublié qui risque bien de devenir culte maintenant que son auteur est décédé.

    (« Film culte » : mauvais film dont on a pas le droit de dire du mal, parce que bon, c’est culte)

    http://www.youtube.com/watch?v=l9IDoAPC6Ps

    • Répondre août 23, 2012

      THOMAS

      J’aime assez votre définition de « film culte » (c’est souvent vrai…). Je ne me souviens plus très bien du film en question, je l’ai vu il y a très longtemps, et je crois qu’à l’époque il m’avait laissé une impression un peu mêlée…

    • Répondre août 27, 2012

      John C. Leroy

      Et niveau films cultes, tu t’y connais, mon vieux Raseur =)

  • Répondre août 23, 2012

    THOMAS

    Bonsoir Sylvie,
    « Apprends à écrire » ? « Nuisance intellectuelle » ? Libre à vous de ne pas être d’accord avec Dzibz. Néanmoins, je trouve, moi, qu’il sait écrire, et que vous gagneriez sans doute à exprimer votre opinion d’une façon un chouïa plus respectueuse.
    Cordialement,
    Thomas.

  • Répondre août 23, 2012

    GAEL

    Coucou Sylvie,

    Si on utilise ta punch line brillante pour notre site, ça te gène pas? En tout cas elle me plait bien.

    « Cinématraque: Une nuisance intellectuelle autant pour le cinéma, que pour les cinéphiles! »

    • Répondre août 27, 2012

      John C. Leroy

      Et puis ce n’est pas comme si on adorait faire partie des nuisances du 7ème art, hein ? =)

  • Répondre août 22, 2012

    Sylvie

    Apprends à écrire avant de pondre des articles sur le web.

    De plus, trouver qu’un tweet disant qu’une personne est consternée par un manque de respect vis à vis d’une personne décédée bien plus dégueulasse que ce dit manque de respect est inadmissible.

    Votre site est une nuisance intellectuelle autant pour le cinéma que pour les cinéphiles.

  • Répondre août 22, 2012

    Jerome

    En fait, la plupart des gens ne reprochent pas l’auteur de l’article d’aimer ou de détester les films de Tony Scott. Ce qui est embarrassant c’est de profiter de la mort de quelqu’un pour cracher dessus et ajouter quelques infos sorties de nulle part (une des causes du suicide, la rivalité avec son frère ?).

    En exagérant, c’est un peu comme s’il allait à l’enterrement et commençait à essayer de convaincre tous les convives que le travail du défunt, c’était quand même de la pure merde. Il est simplement question de respect (ou de l’irrespect dans notre cas). A la limite, si c’était une personne lambda, on s’en fouterait. Mais là, c’est un magazine national à vocation (plus ou moins) culturelle.

    Ensuite, on peut ne pas aimer le travail de Tony Scott mais il faut tout de même reconnaître qu’il a joué un rôle important dans le cinéma US, ne serait-ce que pour avoir boosté la carrière de Tom Cruise. Je ne suis pas fan de l’acteur mais objectivement, il a fait des choses qui ont compté dans l’histoire du cinéma.
    De même, Tony Scott a fait des choses très expérimentales en terme d’esthétique. Selon les goûts, il a abusé mais d’autres ont repris ses inventions en les édulcorant pour qu’elles soient plus abordables pour le grand public.

  • Répondre août 22, 2012

    GAEL

    Moi je voulais être critique pour faire comme Gérard Lenne, écrire trois lignes à Télé 7 Jours sur les films que je vois et être payé pour ça. (et avoir le temps de faire autre chose de ma vie que de bosser).
    J’ai appris plus tard que Gerard Lenne écrivait d’autre chose à côté et qu’écrire trois lignes ne suffit pas pour vivre.

  • Répondre août 22, 2012

    John C. Leroy

    Le web perdrait une partie de sa saveur sans son côté arène. Il faut bien remplacer les jeux du cirque, dépeints avec un réalisme historique confinant au génie dans l’excellentissime « Gladiator » du frère du défunt (wait… what?).

    Oui, je donne dans la référence bas de gamme et aguicheuse qui pourrait facilement se faire coffrer pour racolage sur la voie publique virtuelle…

  • Répondre août 22, 2012

    Anne-C

    Moi j’voulais être critique pour aller au ciné toute la journée et voir toutes les bandes-annonces du monde.
    Et gratos en plus.
    TROP COOL.

Leave a Reply