Cannes 2017 : Nos Pronostics (Séquence 2)

Hors Compétition

En plus du Redoutable, qui ouvrira probablement le 70e festival de Cannes, nous devrions avoir une ribambelle de films populaires et d’autres qui feront de belles séances de minuit. On commence avec non pas un pronostic, mais avec la confirmation de la présence de How to Talks Girls in The Party de l’extravagant et attachant John Cameron Mitchell, connu pour avoir redonné la joie de vivre aux New Yorkais avec Shortbus, premier film jouissif de l’après 11 septembre 2001. Cette fois-ci, il reprend une nouvelle du passionnant Neil Gaiman et va nous proposer de suivre des jeunes étudiants qui feront la rencontre de trois femmes étranges lors d’une belle fiesta. Et nous ne sommes pas étonnés de voir au casting de cette histoire de freak la jeune Elle Fanning, qui construit sa filmographie dans les eaux de l’étrange.

En parlant de névrosé, on devrait voir également sur la croisette le très controversé et en tout cas bourru cinéaste Jean-Claude Brisseau, qui retente le coup de la 3D. On le sait, il n’était pas franchement satisfait de son dernier opus dans ce format. Que le Diable nous emporte devrait, s’il est sélectionné, faire parler de lui. Et si ce n’est pas le cas, par dieu, et bien, que… le diable nous emporte, on suppose.

Hors Compétition toujours, on devrait voir le dernier film de Jacques Doillon, où Vincent Lindon campe un Rodin qui devrait faire date. La bande-annonce, très axée conceptuel, donne franchement envie. On aurait pu imaginer la présence de Bruno Dumont et Robert Guédiguian en compétition, mais nous n’y croyons pas trop, malheureusement. Jeannette est de toute façon vendu comme un téléfilm chanté et non un film de cinéma, et l’on n’imagine pas un cinéaste sélectionné deux ans de suite en compétition. Dommage, quand on sait l’électro-choc qu’aurait pu provoquer la musique d’Igorr face au jury. La Villa de Guédiguian revient souvent dans les favoris quant à sa présence à Cannes, mais rarement parmi les films sélectionnés en compétition. On est par contre beaucoup plus confiants sur la présence Hors Compétition de la cinéaste franco-turque Deniz Gamze Erguven, dont on avait beaucoup aimé le Mustang. Elle revient dans un registre totalement différent avec Daniel Craig, Halle Berry et un sujet qui donne vraiment envie : Kings raconte le quotidien d’une mère de famille durant les émeutes de Los Angeles en 1992. Si le Detroit de Bigelow est sélectionné en Compétition, il serait intéressant de mettre en parallèle ces deux films se basant sur la colère des classes populaires nord-américaines. Le regard de deux femmes, l’une étasunienne, l’autre « étrangère » sur les émeutes aux É.-U. serait intéressant à analyser. On ne peut évidemment pas écarter, non plus, l’hypothèse d’une visite annuelle de Woody Allen qui viendrait présenter son Wonder Wheel avec Kate Winslet et Justin Timberlake.

Rodin

On s’attendrait presque à voir débarquer Doug Liman, habile faiseur qui pourrait créer la sensation avec American Made, où il retrouve Tom Cruise (en plus d’être l’un des plus grands acteurs actuels, il est également devenu le plus grand protecteur de cinéastes outsiders et rien que pour tout ça Tom Cruise est GRAND) pour un film de malade où il est question d’un pilote de la TWA qui se recycle dans le trafic de drogue et qui se fait recruter par la DEA. On serait forcement déçu de ne pas trouver un tel film sur la Croisette ! Quant au Logan Lucky de Soderbergh, on a voulu le mettre en Séance de Minuit pour le punir : non seulement parce qu’il avait dit qu’il arrêtait le cinéma mais aussi parce que ces œuvres pour la télévision et notamment The Knick ont énormément apporté à ce médium. Quand un type fait des œuvres de fiction télévisuelles d’un tel niveau, on a envie qu’il y reste. À noter tout de même que Logan Lucky a un casting à la Ocean Eleven et ses suites avec entre autres : Daniel Craig, Adam Driver, Channing Tatum, Hilary Swank, Riley Keough, Katie Holmes et Seth MacFarlane, qui on l’annonce de suite sans trembler, risque fort de chanter dans le film. Daniel Craig qui pourrait être sur Cannes en mai prochain aurait donc deux fois plus de raison de venir en France.

Logan Lucky

Depuis plusieurs mois, Netflix fait monter le buzz autour de deux de ses films en espérant leur présence au 70e Festival de Cannes. Et ce afin de rattraper son concurrent Amazon, présent l’an dernier notamment avec les deux films de Jim Jarsmuch. Si certains médias pensent que le site de streaming payant réussira à s’incruster en compétition officielle, nous pensons que Netflix n’aura droit cette fois-ci qu’à là Hors Compétition. Ceci dit les films que le mastodonte de la VOD sont d’un autre niveau que les bouses d’Adam Sandler et les téléfilms bien mais sans plus qui alimentent jusqu’ici le site internet. Okja annonce le grand retour du cinéaste coréen Bong Joon-ho avec un conte fantastique et philosophique, qui signe la seconde collaboration entre le réalisateur de The Host avec Tinda Swinton. Et sa première avec un des plus grands acteurs nouvelle génération à Hollywood : Jake Gyllenhaal. L’autre film Netflix, et qui a toute sa place hors compétition c’est War Machine de l’Australien David Michôd, avec un Brad Pitt en fou de guerre, cherchant à financer une opération en Afghanistan. Dernier film que l’on verrait bien à Cannes Hors Compétition : le prochain film de Darren Aronofsky, Mother qui confrontera Jennifer Lawrence a l’univers obsessionnel du réalisateur de Pi. Sera-t-il hors compétition ou à un Certain Regard ? A vous de voir.

Okja

La sélection hors compétition ne serait pas complète sans les séances spéciales qui verraient cette année la projection du film posthume d’Abbas Kiarostami Frames Before and After Lumière, qui émouvra sans aucun doute le public cannois. Mais évidemment, s’il y a bien une œuvre qui pourrait profiter d’une projection spéciale, au vu de sa nature, ce serait la série de David Lynch, en première mondiale : Twin Peaks, 25 ans après que l’on ait retrouvé le corps de Laura Palmer. Certains pensent que le premier épisode pourrait bénéficier d’une séance de minuit, nous opterons de notre côté pour une séance spéciale… et pourquoi pas avec l’ensemble des épisodes prévus ? Reste à savoir si la règle officieuse du Festival de Cannes qui exclut de facto les séries télévisées d’une sélection, saura faire preuve de souplesse. En tout cas, ceux qui ont lu le bouquin de Frémeaux (oui oui, on vous a à l’oeil) savent que le Lynch n’est jamais à écarter.

L'admin c'est le Deus Ex Machina du site. c'est une voix neutre mais forcement portée par l'un ou l'une d'entre nous.

Be first to comment

Plus d'histoires