SO FILM, Numéro 2, Léos Carax