L’odyssée de Choum, L’oiseau et la baleine : cinéveil à l’image

Si l’on aime célébrer une animation relativement adulte sur Cinématraque, nous avons décidé pour une fois de nous pencher sur du cinéma spécifiquement axé vers le très jeune public. Lors du dernier Festival d’Annecy, qui a eu lieu en ligne, nous avions amorcé un travail vers ce genre d’images en s’intéressant à la sélection jeune public. Nous poursuivons cela en nous penchant aujourd’hui sur quelques sorties vidéos des Films du Préau.

Si vous êtes jeunes parents et cinéphiles, vous le savez certainement : certaines franges du cinéma et notamment de la production française souhaitent aider les enfants à rencontrer les images de la meilleure des manières possibles. Cela se traduit par des courts et moyens métrages qui sont très souvent dépourvus de paroles, où le cadre et les mouvements qui s’y inscrivent suffisent à raconter une histoire.

C’est le cas de l’Odyssée de Choum, récompensé du cristal de la production TV à Annecy et qui sort cette semaine en vidéo. Choum est une petite chouette qui a le malheur d’éclore sans sa maman. Accompagnée d’une petite sœur qui elle n’est pas encore sortie de son œuf, elle va alors s’aventurer dans le monde pour y trouver sa place. Les péripéties y sont nombreuses évidemment puisque moult animaux sont dans les parages, notamment des crocodiles (ou alligators, ne nous jugez pas sur nos connaissances reptiliennes) et des humains.

Qui plus est, le monde entier est contre Choum puisqu’une terrible tempête transforme le paysage et tout ce qui le compose. Heureusement des enfants doués d’une gentillesse exemplaire vont les aider…

Outre la qualité de l’animation qui joue sur les reflets de lumière apportant du relief 3D sur de la texture plus aplatie, l’intelligence du cadre et de la musique qui structurent le récit, il est assez intéressant de voir comment on peut amener les enfants à comprendre l’image et à leur inculquer certaines leçons ; comment prendre soin d’un oiseau par exemple. Une autre séquence met en scène les petites chouettes face à un animal piégé par une bouée en plastique, sensibilisant ainsi les enfants aux dangers environnementaux que nous, adultes désabusés, ne connaissons que trop bien. Qui plus est, L’odyssée de Choum a l’audace – déguisée mais tout de même – de montrer ce qu’est qu’une famille recomposée à travers la métaphore animale.

C’est ce qui fait la force des films d’animation pour enfants réussis. On parle souvent d’un manque d’éducation à l’image dans notre société où les écrans sont partout, et c’est sans doute là où ce cinéma connaît une importance capitale. Ce sont des œuvres qui savent éduquer à l’image en utilisant la composition des plans et les mouvements des personnages pour susciter une émotion, une réaction, donc sans donner nécessairement de leçon. Et qui peuvent aborder des sujets très graves.

À ce sujet, le DVD comporte deux autres courts-métrages. L’un d’eux s’intitule L’oiseau et la baleine et est absolument magnifique. Réalisé en peinture sur verre, ce film irlandais montre une baleine se lier d’amitié pour un oiseau en cage. Mais lorsqu’une tempête arrive, impossible pour le volatile de se faire la malle… C’est une œuvre incroyablement osée qui permet d’engager de vraies conversations avec nos enfants sur des sujets importants, et ainsi les éveiller à la conversation tout en leur apprenant le pouvoir – et la responsabilité – de l’image cinéma.

L’odyssée de Choum, distribué par les films du Préau, disponible en vidéo le 22 septembre 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.