POUËT POUËT c’est la fête : Cinématraque a huit ans aujourd’hui !

N’empêche, ça fait drôle ! On a huit ans, aujourd’hui. Et après huit ans et quelques articles, on n’a toujours pas touché un seul euro, eu un seul papier dans Libé, pas la moindre interview dans Les Cahiers, et aucun(e) d’entre nous n’est devenu(e) célèbre (même si Gaël Martin doit bien être reconnu à la boulangerie de temps et temps, à force).

On allait bousculer le petit monde d’entre-soi de la critique ciné, à nous quatre au départ qui n’avions aucun contact, aucun argent, aucun talent particulier pour en trouver (des contacts et de l’argent). On n’a finalement pas bousculé grand chose, pour être honnête : plein de gens continuent à faire des films que l’on n’aime pas, et, pire, plein de gens continuent à les aimer. D’ailleurs, aucun d’entre nous je crois n’est parvenu à réaliser un long-métrage sorti en salles (même pas un nul).

Alors faute de faire des films, on a continué d’écrire à leur propos. Avec une ligne éditoriale sans queue ni tête, tantôt pilotée par un anarchiste, tantôt par un mordu d’animation japonaise, tantôt par un fan de Franck Dubosc, tantôt par un mec du Nord de la France (mais qui a quand même internet), j’en passe et des meilleurs.

En huit ans, on n’aura pas réussi à empêcher Xavier Dolan de faire des films, on n’aura pas fait d’Adèle Haënel la présidente du monde, on n’aura pas réhabilité Franck Dubosc aux yeux des Cahiers du cinéma. En huit ans, on n’aura pas réussi à faire interdire les films de Maïwenn, ni rendu obligatoire la diffusion d’un bon Alain Guiraudie chaque dimanche soir sur TF1. Huit ans et pas un seul bonhomme qui rit aux éclats dans Télérama pour un Sexy Dance, ni un seul bonhomme qui pionce pour un film de Woody Allen. Huit ans, et pas un seul résultat de recherche Google qui mène à Cinématraque dans ses 80 premières pages. (Le nouveau rédacteur en chef dit c’est faux ! Pour certains films on apparaît même très haut. Si on cherche Anna et l’apocalypse par exemple, on est premiers. Même si c’est juste parce que tout le monde s’en fout de ce film en dehors de nous)

Huit ans où l’on n’aura, malgré notre méchanceté, notre ton souvent démesurément laudateur, nos titres hilarants, nos plumes plus splendides les unes que les autres, absolument rien changé.

De deux choses l’une, soit les gens sont cons, soit la critique ciné de grande qualité n’intéresse plus personne. Dans le doute, on va continuer quelques années encore : dans 92 ans, Cinématraque en aura 100, ça serait dommage de s’arrêter en si bon chemin !

Et aujourd’hui, pour notre anniversaire, on vous propose de nous publier sur Facebook, Twitter et les réseaux sociaux des jeunes style TOKTOK là, au hashtag #Cinématraquea8ans, le papier du site qui vous a le plus marqué(e).

1 thought on “POUËT POUËT c’est la fête : Cinématraque a huit ans aujourd’hui !

  1. Vous avez quand même était cité dans « Positif » ce grâce à quoi je vous est découvert. Est même si j’adore michel franco tarte à la crême, je vous adores aussi. Et vous couvert admirablement Annecy et canne.
    Longue vie à cinématraque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.