La Voix du succès : please don’t stop the music

L’été dernier, Nisha Ganatra créait la surprise avec Late Night, comédie portée par Emma Thompson et Mindy Kaling (également scénariste et productrice !). La première y incarnait une présentatrice de talk shaw multi-primée mais en passe d’être virée car jugée… trop ringarde. La seconde, nouvelle assistante parachutée dans une writer’s room masculiniste et peu propice au changement, se fraie un chemin pour imposer ses idées et une vague de renouvellement pour l’émission. Late Night a fait son petit bonhomme de chemin, dévoilant avec justesse et drôlerie les coulisses de la télévision américaine et son besoin urgent de se renouveler en faveur de plus de représentation et d’inclusivité à l’ère post-#MeToo.

Pourquoi on vous parle autant de Late Night ? Parce que La Voix du succès, le nouveau film de la même réalisatrice, a quasiment le même postulat mais dans le monde de la musique ! Sortie parachutée du mardi 14 juillet dans l’ignorance la plus totale, ce film aurait pourtant mérité de se faire entendre (vous l’avez ?).

Après Emma Thompson et Mindy Kaling, Nisha Ganatra fait se rassembler un duo d’enfants de stars… et pas n’importe lesquelles. Tracee Ellis Ross, descendante de la chanteuse Diana Ross et Dakota Johnson, fille de l’actrice Melanie Griffith. L’une campe Grace Davis, une diva de la chanson sur le déclin (ça ne vous rappelle rien ?) tandis que l’autre est Maggie Sherwoode, son assistante depuis plusieurs années, aspire à mieux que devoir suivre son employeuse au millimètre près…

Il suffit de voir le synopsis pour constater à quel point La Voix du succès et Late Night ont en commun. Après une carrière couronnée de records de ventes et de prix, Grace Davis est en panne sèche d’inspiration. Elle fait du surplace, tout comme son assistante, qui regorge pourtant d’idées pour la faire rebondir mais préfère les taire au vu de son statut… et faire ses choses dans son coin.

Ce passage du monde de la télévision à l’industrie musicale ne fait pas perdre pour autant à Nisha Ganatra et sa scénariste, Flora Greeson, leur pertinence. Il sera ici question du règne de l’agisme dans le milieu, d’autant plus quand il concerne une femme noire. La Voix du succès nous entraîne ainsi dans un dédale de réunions et de rendez-vous où Grace n’a pas voix au chapitre (il fallait bien qu’on case un autre jeu de mots pourri) et où toutes les décisions sont prises pour elle, par son agent, par ses producteurs, qui, là aussi… sont tous des hommes.

Alors oui, peut-être que le script est un peu plus grossier et niais que celui de Late Night. Peut-être que son twist de fin est un peu incongru, mais dans ces temps d’après-confinement, La Voix du succès déborde d’une énergie positive et d’une volonté de changement, représentée par le personnage de Dakota Johnson qui, à l’instar de celui de Mindy Kaling, apprendra à se battre pour imposer ses idées, mais aussi mettre en avant une nouvelle génération de chanteurs, ici représentée par l’artiste campé par Kelvin Harrison Jr. Petit point bonus : ici, personne n’est doublé par qui que ce soit, ce sont bien les acteurs et actrices qui ont donné de leur voix !

La Voix du succès, de Nisha Ganatra. Avec Dakota Johnson, Tracee Ellis Ross, Kelvin Harrison Jr. et Ice Cube. Sortie française le 14 juillet 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.