Tout’ Anim: présentation de la série animée Culottées

Pour cette nouvelle saison 2019/2020, notre cher Forum des images organise tous les mois une rencontre dédiée à l’animation et à ses coulisses. En ce mois d’octobre était accueillie, face à un public impressionnant (il n’y avait plus de places pour s’asseoir longtemps AVANT le début de la présentation !!) l’équipe artistique de la future série d’animation Culottées. Autour de la grande table, la scénariste Elise Benroubi, les deux réalisatrices Phuong Mai Nguyen et Charlotte Cambon de Lavalette, ainsi que l’une des deux productrices de SILEX FILMS : Priscilla Bertin (qui coproduit la série avec Judith NORA, et Arnaud COLINART), et la productrice exécutive de SILEX ANIMATION, Philippine Gelberger. Avec enfin Tiphaine de Raguenel pour France Télévisions. Le tout animé par Virginie Boda, de l’association dont on vous a déjà parlé plusieurs fois lors de nos voyages à Annecy, Les Femmes s’Animent.

Le projet commence en 2016, c’est-à-dire au moment même ou Pénélope Bagieu publie ses portraits de femmes exceptionnelles qui ont marqué l’Histoire, que cette dernière le veuille ou non. Déjà, le potentiel était là et les droits sont achetés. Le développement du projet prend ensuite forme sur les années qui ont suivi et se termineront en décembre 2019 après un an de production intensive, pour une diffusion prévue au 1er trimestre 2020 selon l’annonce de Tiphaine de Raguenel.

Les habituées et habitués d’Annecy sauront apprécier le format de cette présentation (qui avait déjà été donnée au Festival en juin dernier) : elle sait mettre en avant les défis que présentent la création d’une oeuvre d’animation ambitieuse, à la fois pour les raisons créatives et les raisons financières. Mais surtout, elle sait toujours mettre en lumière les solutions brillantes des artistes en présence ; c’est même ce qu’il y a de plus jouissif dans la présentation ! Voir les coulisses, découvrir les petits secrets de la fabrication d’une série d’animation du plus petit coup de crayon au dernier coup de couleur…

La production a très vite choisi d’engager des femmes relativement jeunes pour chapeauter le projet au scénario et à la réalisation, une façon de montrer que l’on peut lancer des carrières tout en montant quelque chose d’ambitieux, ne pas aller tout de suite vers la sécurité. C’est un geste audacieux, mais surtout très beau car plein d’espoir.

La « Bande de filles » de Culottées.

La première difficulté pour la production était scénaristique ; Culottées comporte dans la BD trente histoires plus ou moins longues mais toutes bavardes sur des vies de femmes de leur enfance à leur mort (sauf quand elles ne le sont pas encore, cqfd). Comment adapter cela en trente épisodes de seulement trois minute trente ? Il a fallu donc trouver une structure qui met en lumière les obstacles que rencontrent les femmes, et les actions qu’elles entreprennent pour les surmonter. A cela s’ajoute le choix de faire entendre les héroïnes, en plus d’être accompagnées par une voix off qui guide le spectateur pas à pas. Bien sûr, on retrouve dans le ton de l’écriture énormément d’humour, qu’il soit léger ou absurde, ce qui permet de retrouver tout à fait le verbe pétillant qui fait le succès de Bagieu encore aujourd’hui (petit rappel : elle vient d’être recompensée aux Eisner Awards pour cette bande dessinée, ça se pose là).

L’autre problème de taille relève de l’animation, la mise en scène, et de l’argent. Les trois sont évidemment liés. Sachant que chaque épisode utilise des personnages et des décors différents, il était impossible de recycler d’un volet à l’autre ; il a fallu donc traiter la série comme trente courts métrages plus ou moins indépendants. Ce qui nécessite beaucoup d’argent ! Heureusement France Télévisions s’est montré très vite intéressé par le projet, et d’autres instances culturelles (CNC, régions) ont permis à la série de chez SILEX de de se faire la place qu’elle mérite.

Les décors sont donc minimalistes et suggèrent grâce à l’intelligence du cadre, du découpage, et du mouvement des héroïnes qui s’y meuvent. Ce sont ces dernière qui demandent le plus de travail plus qu’elles apparaissent à tous les âges de la vie en quelques minutes à peine ; il faut qu’elles soient reconnaissables, et surtout qu’elles sortent toute du lot. Pour ce qu’on en a vu, c’est très largement réussi. La direction artistique fait de cette série animée exactement ce que l’on pourrait attendre d’une bonne adaptation : une oeuvre qui s’empare de son matériau pour en faire quelque chose de neuf, complémentaire, et qui a sa propre identité. Notamment parce que la série a déjà pour objectif d’attirer un public plus jeune que les lectrices et lecteurs de Pénélope Bagieu.

Ce qui pose déjà un problème, que vous comprenez si vous avez lu les deux ouvrages de Culottées : comment présenter certaines histoires à des enfants de neuf ans ? On parle souvent de femmes battues, parfois de violences sexuelles… La réponse nous est apportée par la réalisatrice Phuong Mai Nguyen. Il s’agit de passer par le symbolique ; l’animation permet de mettre en mouvement pour faire comprendre sans matraquer à vue. Très malin, très mesuré, en bref très bien trouvé.

Nous avons eu la chance de voir trois des trente épisodes qui seront diffusés en janvier et une chose est sûre ; le pari est rempli. Le format court implique de rester plus en surface que dans la bande dessinée, mais il a don d’éveiller la curiosité. Il donne envie d’en savoir plus, tout simplement. On a souvent les yeux humides, ému.e.s que nous sommes par les belles histoires que l’on (re)découvre ; notamment celle de Mae Jemison, première femme noire à être allée dans l’espace (et seule personne à l’avoir EN PLUS fait dans la fiction avec Star Trek quelques années après).

Et surtout on rigole beaucoup. Grâce à l’animation, mais surtout grâce à la comédienne Cécile de France qui fait TOUTES les voix de la série. La voix-off, les héroïnes, les personnages secondaires qu’ils soient hommes ou qu’elles soient femmes, elle est partout et c’est dé-li-cieux. La productrice nous a raconté que c’est ce que Cécile de France fait avec ses enfants quand elle leur raconte des histoires… Quand on sera grands nous on voudrait être les enfants de Cécile de France.

La série Culottées sera diffusée sur France Télévisions à partir du 1er trimestre 2020 et dans le monde entier dans l’année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.