CinéComedies, deuxième édition : se réconcilier avec la comédie française

Vous le savez, la comédie française (et francophone dans son ensemble) et la critique, c’est un peu compliqué en ce moment. Devant la morosité du paysage de l’humour grand public actuel, obligés que nous sommes de nous frayer parmi les énièmes itérations des Tuche (qui ont leurs défenseurs en ces murs cela dit) et Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu, tous deux récemment renouvelés pour un épisode supplémentaire, on est tentés de se replier sur les valeurs sûres et de se réconforter de l’annonce d’un remaster de La Cité de la Peur ou de la concrétisation d’un OSS 117 3.

Mais la comédie aussi a son patrimoine, et nous ne parlons pas ici du remake du Dindon de Feydeau avec Dany Boon et Guillaume Gallienne. C’est ce patrimoine de la comédie populaire que tente de faire revivre le festival CinéComedies de Lille, qui lance du 2 au 6 octobre prochain sa deuxième édition. Une édition placée sous le patronage bienveillant de Michel Blanc, président d’honneur de cette cuvée 2019, prenant le relais de Pierre Richard l’an dernier. Guignol de service (au sens noble du terme) de la troupe du Splendid avant de devenir l’hypocondriaque et le pot de colle préféré du cinéma français dans les années 80, il est aussi celui de la bande des Bronzés à avoir le plus jonglé entre registres comique et dramatique par la suite de sa carrière. C’est évidemment à la première partie de sa carrière que le festival s’intéressera, bien que l’acteur y présentera en avant-première Docteur? de Tristan Séguéla lors de la cérémonie de clôture. Une masterclass viendra notamment ponctuer une soirée au cours de laquelle il présentera deux de ses plus gros succès au box-office, Marche à l’ombre (sa première réalisation) et Viens chez moi, j’habite chez une copine de Patrice Leconte, dont on vous a déjà dit le plus grand bien lors de son passage au Forum des Images il y a quelques mois.

L’autre temps fort du festival, du moins celui qui attire le plus notre attention, sera consacré à une rétrospective de la comédie belge, corrélaire indispensable de son alter-ego français tant l’un a servi de réservoir à talents pour l’autre au fil des décennies. Si on y retrouve quelques passages obligés comme le culte Dikkenek, qui fera l’objet d’une projection spéciale en compagnie de son réalisateur, ce cycle rétrospectif sera l’occasion de découvrir quelques pépites méconnues ou oubliées de ce côté-ci du Quiévrain, avec un goût affirmé pour le burlesque (La Patinoire de Jean-Philippe Toussaint ou Rumba du tandem Abel & Gordon). Pépite parmi les pépites, on jettera un coup d’oeil impératif sur Week-end ou La qualité de vie de Pierre Manuel et Jean-Jacques Péché, documentaire télévisé de 1972 (présenté comme un ancêtre de Strip-Tease) sur la rencontre spontanée de Michel Demaret, qui deviendra bourgmestre de Bruxelles et de l’artiste-peintre Raymond Coumans, le long du littoral de la Mer du Nord.

Week-End ou la qualité de vie (Pierre Manuel, Jean-Jacques Péché, 1972)

Entre tables rondes et avant-premières, le festival réservera aussi de multiples hommages à des géants de la comédie comme Bertrand Blier, qui viendra présenter les versions restaurées de deux de ses classiques, Buffet froid et Calmos (avec une pensée émue pour le récemment disparu Jean-Pierre Marielle). Au cours de cette année qui marque le centième anniversaire de trois mastodontes de la comédie grand public, Gérard Oury, Lino Ventura et Jean Lefebvre, chacun d’entre eux aura le droit à sa soirée spéciale en présence entre autres de Danièle Thompson. Et pour couronner le tout, le festival CinéComedies célébrera aussi les 70 ans du Jour de Fête au cours d’une projection spéciale, récréant pour l’occasion la place du village, théâtre des mésaventures de François le facteur dans le premier long-métrage de Jacques Tati.

Cinématraque sera présent sur place pour couvrir l’événement, et surtout rencontrer quelques-uns des invités d’honneur de cette édition. Restez aux aguets…

Festival CinéComedies, du 2 au 6 octobre à Lille. Pour le programme complet, rendez-vous sur le site officiel.

2 thoughts on “CinéComedies, deuxième édition : se réconcilier avec la comédie française

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.