[ACID 2019] Indianara : la vie politique des trans du Brésil

Voilà un des plus beaux films du Festival de Cannes dont personne ne va parler. Documentaire révoltant par ce qu’il révèle, puissant pour ce qu’il est et indispensable pour ce qu’il montre, Indianara raconte le quotidien d’une maison trans dans les mois qui précèdent l’élection de Bolsonaro.

Indianara, c’est avant tout une femme trans incroyable de par ses actions, sa présence et sa vie ; c’est elle qui dirige la maison que l’on découvre dans le documentaire. Pour celles et ceux qui découvrent le sujet en me lisant, déjà bonjour puis ensuite : les maisons sont des sortes de refuges. Des lieux de vie commune mis en place par des associations pour accueillir au mieux les personnes trans, qui n’ont pas d’autres choix que de fuir pour exister.

Fuir, mais non se cacher car si une grande partie du documentaire montre le quotidien de la communauté à la maison, la plus importante et la plus marquante prend place dans la rue : le combat d’Indianara et de ses pairs et paires, il est politique. Il se fait sur la place publique, afin de montrer son existence à tous les politiques qui préfèrent ne pas les voir. Car oui, l’existence des trans est politique par nécessité et par fatalisme ; le simple fait de l’être tue. On assassine des femmes et des hommes trans tous les jours, au Brésil comme en France.

Exister en politique, cela veut aussi dire questionner les espaces de vie. Quelle existence spatiale pour la lutte trans ?

C’est ce combat politique représenté au quotidien, cette implication permanente mais inévitable qui enrage et fascine au visionnage d’Indianara : le combat de personnes qui luttent simplement pour exister. De ce fait, c’est un documentaire très dur, et où tout l’espoir repose sur la figure d’Indianara. Elle n’est pas le documentaire à elle seule, mais elle mérite bien de lui donner son nom car c’est sa prestance, sa parole, ses mots et ses actions qui font d’elle la grande héroïne que l’on devrait présenter dans les médias.

Indianara est donc un documentaire intelligent, poignant, inspirant mais surtout terrifiant ; l’élection de Bolsonaro fait office d’épée de Damoclès durant tout le visionnage. On sait que cela va arriver, et on le redoute… Car une fois qu’il est élu, le combat devient beaucoup plus difficile. Et le film d’autant plus important.

Indianara, un film de Aude Chevalier-Beaumel et Marcelo Barbosa, (Brésil), sélection ACID 2019, Cannes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.