Long Shot : la rom-com de l’année

long shot, cinématraque, critique, avis, opinion, film, séduis moi si tu peux, charlize theron, seth rogen

Ne vous fiez ni à l’affreux titre français (Séduis-moi si tu peux) ni à l’horrible tagline sur l’affiche (« comment séduire la femme la plus puissante du monde« ), la nouvelle comédie romantique de Jonathan Levine est le film dont vous aviez besoin. Là où la promotion en France suggère une énième sortie ringarde et très limite où un type essaie de pécho une meuf qui n’en a pas envie, Long Shot propose en réalité une très belle histoire d’amour avec de la mise en scène, de l’humour, de beaux sentiments et de la politique ; on n’aurait pas pu rêver mieux.

Ce film raconte comment Seth Rogen (journaliste que je vous laisse imaginer comme un mélange de Gaël Martin et moi-même), qui après le rachat de son journal par un connard à la Rupert Murdoch, se retrouve à bosser comme auteur pour Charlize Theron. Soit, dans le film une future candidate à la présidence et secrétaire d’Etat des USA : autrement dit la femme la plus puissante du pays.

Aucune raison de le cacher, on adore Seth Rogen. Le voir défoncer le titre français du film lors de la première nous a conforté dans notre passion. On adore également Charlize Theron, et la voir remettre en place Cyril Hanouna quelques minutes avant nous a aussi conforté dans notre passion. Quant au réalisateur Jonathan Levine, on a beaucoup de sympathie pour lui aussi. De 50/50 (un des seuls bons films avec Anna Kendrick, où elle joue la pire psy au monde) à Warm Bodies mais surtout à The Night Before, très beau film de Noël où l’on peut voir Michael Shannon en dealer de drogue énigmatique, il a toujours su nous séduire. Long Shot ne déroge pas à la règle. Règle qui est : les films de Jonathan Levine plaisent à Cinématraque.

long shot, cinématraque, critique, avis, opinion, film, séduis moi si tu peux, charlize theron, seth rogen
« C’est qui ce Gaël Martin ? »

A bien des égards, il s’agit d’une comédie romantique classique qui s’appuie sur tous les codes que l’on connaît… Avec une inversion toutefois qui n’est pas déplaisante. Seth Rogen joue le rôle archétypal de la jeune femme un peu paumée qui tombe raide dingue du type inatteignable (Charlize Theron) qui s’intéresse à elle ; il a même droit à une best friend qui ne sert qu’à le hyper en permanence en la personne de O’Shea Jackson Jr., le fils de Ice Cube. Le film assume totalement les codes, au point de rendre ce dernier personnage totalement ridicule mais peu importe : cela rentre dans le moule. Le rôle habituel de la deuxième meuf, la rivale, qui représente la relation amoureuse évidente et donc le danger, revient à Alexander Skarsgard qui interprète le séduisant premier ministre canadien. On n’est pas habitués à le voir jouer des rôles comiques d’ailleurs… Et c’est bien dommage.

L’humour en revanche, est plus inhabituel ; c’est là que l’on se souvient que c’est un produit Seth Rogen, producteur du film avec son comparse habituel Evan Goldberg. On passe de vannes sur les néo-nazis à une séquence sur une giclée de sperme au visage, tout ce que l’on attend d’une comédie romantique quoi. Mais ce qui fait vraiment que tout fonctionne, c’est la sincérité du tout. D’abord parce que Long Shot parle avec honnêteté – parfois même avec brutalité – de la difficulté pour une femme de faire carrière en politique. Voici un exemple : la seule raison qui fait que Charlize Theron engage Seth Rogen, c’est que son équipe de communication lui fait remarquer que les citoyens pensent qu’elle n’a pas le sens de l’humour. Il lui faut donc un auteur qui la rende drôle.

long shot, cinématraque, critique, avis, opinion, film, séduis moi si tu peux, charlize theron, seth rogen
La plus belle scène du film. Celle qui donne envie de croire en l’amour.

Sans cesse le film fait comprendre au personnage de Seth Rogen qu’il est facile pour lui d’être un rebelle qui n’a jamais à faire de compromis ; c’est un homme blanc qui écrit sur Internet et qui n’a pas d’impératifs politiques. Charlize Theron vit dans la contrainte en permanence, et cela va au delà de son statut de secrétaire d’Etat : c’est simplement son statut de femme publique qui l’entrave. C’est en cela que l’inversion des codes du genre de la rom-com est évidente dans ce film : ça n’est pas un simple gimmick, c’est un choix logique puisque Theron joue une femme mais dans un monde d’hommes. Évident ? Oui. Organique, surtout.

Ensuite et enfin parce que Rogen et Theron se donnent assez pour que l’on croit à la romance. On y croit à fond, parce que c’est sincère, et surtout parce que la mise en scène est de qualité ce qui est RARE dans la rom-com. Qui aurait pensé qu’utiliser la caméra et la lumière comme un moyen pour raconter le cinéma aurait pu bénéficier à notre implication émotionnelle ? Il est fort à parier qu’une certaine scène de danse restera en tête et dans les cœurs de beaucoup des spectateurs et spectatrices. Long Shot est donc largement validé par Cinématraque ; si vous n’en avez rien à foutre des sorties cannoises, allez donc voir ça.

Long Shot (Séduis moi si tu peux), de Jonathan Levine, avec Charlize Theron et Seth Rogen, sortie le 15 mai 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.