Exigez le Chocolat Poulain !

Fondé en février 1848 par Victor-Auguste Poulain, confiseur à Blois (Loir-et-Cher). Poulain ou Chocolat Poulain est une entreprise française produisant du chocolat depuis sa fondation. C’est sous ce nom qu’elle commercialise ses produits.

Depuis mai 2017, elle appartient au groupe français Carambar & Co, structure créée par le fonds d’investissements français Eurazeo et des investisseurs privés afin de former un groupe composé de plusieurs marques et usines de confiserie. Avant d’appartenir à Carambar & Co, Chocolat Poulain appartenait à l’américain Mondelez International.

Mais, avant de subir les foudres du capitalisme, revenons-en à cette société familiale du Loir-et-Cher. Poulain ouvre sa première boutique Porte-Chartraine à Blois en 1847. Il est alors âgé de 22 ans. Un an plus tard, l’entreprise éponyme était fondée avec l’aide de Pauline, sa femme (âge de 17 ans alors…). Pourtant la concurrence est rude à Blois, les confiseurs sont nombreux et le chocolat est encore considéré comme un mets cher et surtout n’ayant qu’un but purement sanitaire. La gourmandise actuelle est encore bien lointaine à l’époque de Victor-Auguste Poulain. Pourtant, le confiseur croit en son destin et brevète sa préparation de chocolat. Grâce à Pauline, il obtient des fonds nécessaires pour améliorer son entreprise. Désormais, il s’affirme comme chocolatier et non plus comme confiseur. Progrès après progrès, Victor-Auguste dilapide l’héritage de Pauline afin d’être toujours dans les précurseurs en matière industrielle. Seulement, Poulain est aussi précurseur dans la publicité puisque c’est en partie l’entreprise chocolatière qui invente la publicité comparative et la vente retardée. L’entreprise grandit et vend en dehors de sa boutique. En 1858, c’est la première récompense : la médaille d’or à l’exposition industrielle de Blois. D’autres suivront.

En 1970, le groupe est alors bien installé et rachète notamment Maille afin de créer la Société d’Exploitation des Grandes Marques Alimentaires (SEGMA). Moins de dix ans plus tard, pourtant Poulain et la SEGMA sont rachetés par Clin-Midy, puis revendus et intégrés à la Générale Occidentale. En 1988, c’est Cadbury qui prend contrôle du chocolatier français. En 2010, Cadbury est racheté par Kraft Foods, Poulain passe sous giron américain. En 2012, Kraft Foods se scinde et Poulain est rattaché au groupe Mondelez International. En 2017, Poulain est officiellement racheté par Carambar & Co et revient dans son pays natal.

Moins ancienne que Suchard (créée en 1826), Poulain a su grâce à ses investissements et un marketing poussé s’imposer comme une marque emblématique dans le paysage chocolatier français faisant passer le chocolat du côté de la gourmandise et non plus du côté des pharmacies. Innovatrice, Poulain ira même jusqu’à posséder des salles de cinéma et offrir des tarifs réduits aux spectateurs.trices par le biais des « billets de faveur ».

L’histoire du (télé)film est moins fascinante que celle de la chocolaterie

Réalisé en 2018 par Mathieu Sapin, le film Le Poulain avec Alexandra Lamy et Finnegan Oldfield, met en avant l’espace politique français et ses magouilles, pardon, combines ! Arnaud Jaurès (Oldfield), 25 ans, novice en politique, intègre par un concours de circonstances l’équipe de campagne d’un candidat à l’élection présidentielle. Il devient l’assistant de Agnès Karadzic (Alexandra Lamy), directrice de la communication, une femme de pouvoir et d’expérience qui l’attire et le fascine. Sans l’épargner, elle l’initie aux tactiques de campagne, et à ses côtés il observe les coups de théâtre et les rivalités au sein de l’équipe, abandonnant peu à peu sa naïveté pour gravir les échelons, jusqu’à un poste très stratégique.

Vous l’aurez compris, à travers ce synopsis, l’histoire du (télé)film est moins fascinante que celle de la chocolaterie. Et, c’est peu dire tellement l’intrigue est cousue de fil blanc et n’offre aucune place à la surprise. Les schémas dans ce genre d’œuvres se répètent souvent et malheureusement le film de Mathieu Sapin n’échappe pas à son destin. On est ainsi loin d’House of Cards (Beau Willimon, 2013-), des Marches du pouvoir (George Clooney, 2011) ou de la petite merveille qu’est Tanner ’88 la série réalisée par Robert Altman et écrite par Garry Trudeau (1988). Pour rester du côté français, l’écriture du Baron Noir (Eric Benzekri et Jean-Baptiste Delafon, 2016-) offre davantage de revirements et volte-face.

Et pour cause, qui à la lecture du synopsis du Poulain n’avait pas déjà lu entre les lignes la relation entre Lamy et Oldfield ? Qui n’avait pas senti les doutes de ce jeune loup politique, pas encore totalement rompu aux joutes politiciennes, mais suffisamment doué pour se défaire des quelques embûches qui encombreront son chemin ? Qui n’avait pas senti cette ascension sociale sur fond de revanche sociale ? Absolument personne. D’ailleurs, est-ce que ça nous intéresse ? Absolument pas. Cela aurait pu se passer dans un groupe de presse pour devenir le ou la journaliste vedette que ç’aurait été pareil. La politique n’est qu’une excuse pour donner de l’importance à des destins qui n’en ont aucun. Des Karadzic et des Jaurès on en voit tous les jours dans les médias. Pire, pour la première fois peut être grâce au Roi Macron, la fiction nous laisse indifférents face à Benalla et consorts ! Il est là notre feuilleton quotidien, rythmé par les affaires de plus en plus honteuses ! L’art est en retard, il n’a plus conscience de la conjoncture dans laquelle il se manifeste.

Goûtez et comparez ! Mais surtout, n’allez pas voir le (télé)film éponyme de Mathieu Sapin ! Exigez le chocolat Poulain ! En plus, pour le prix d’un Poulain, vous pourriez en avoir plusieurs ! Cinématraque, premier sur le pouvoir d’achat des Français.es.

Le Poulain, de Mathieu Sapin, avec Alexandra Lamy, Finnegan Oldfield, Gilles Cohen, Valérie Karsenti, Philippe Katerine et Brigitte Roüan. Actuellement en salles. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.