Ready Player One : Spielberg, le Dernier Maître de l’Air

Steven Spielberg nous a habitués depuis plus de vingt ans aux grands écarts cinématographiques, et pourtant cela reste toujours spectaculaire à observer. Quelques mois à peine après la sortie française de The Post (Pentagon Papers, si vous voulez chipoter), voilà venir le film qui déchire les Internets dans son rapport à la pop culture : Ready Player One. Évidemment, Cinématraque l’a vu. Sans surprises, nous ne sommes pas tous d’accord. Ce papier — numérique, seule manière cohérente de parler d’un tel film — a pour ambition de comprendre les réussites et les échecs d’une œuvre qui ne mérite qu’une seule chose : être débattue.

le film qui déchire les Internets dans son rapport à la pop-culture

Adapté d’un roman souvent qualifié de « Twilight pour les nerds » (comprenez : plaisir coupable à la qualité incertaine), Ready Player One marque le retour de Steven Spielberg à la science-fiction popcorn, et aux prouesses technologiques numériques qu’il avait exploré dans le 1er film de Tintin. Je dis premier, parce qu’évidemment nous avons encore espoir de voir Peter Jackson se lancer dans la suite un jour…

Welcome to the OASIS…

Le pitch rapide, pour celles et ceux qui ont passé les derniers mois dans une grotte sans 4G : dans un futur proche, la vie c’est de la merde. Surpopulation, pollution, dépression et d’autres termes en -ion, rien ne va. Afin d’échapper à la grisaille, la populace s’évade grâce à un gigantesque jeu vidéo en réalité virtuelle : l’OASIS. Son créateur feu James Halliday, un obsédé de la pop culture des années 80, a caché dans son jeu vidéo des easter eggs. Celui qui les trouvera héritera du jeu vidéo, et donc de l’entreprise la plus rentable au monde. En fait, pour les connaisseurs, c’est un peu One Piece ce film. James Halliday, c’est Gold Roger, et les joueurs sont les pirates. Plusieurs factions s’affrontent alors ; une multinationale menée par Nolan Sorrento qui veut monétiser l’OASIS, des révolutionnaires qui souhaitent garantir la liberté au sein du jeu, et des clans de joueurs lambda. Le héros du film, c’est Wade Watts. Un jeune mec blanc passionné comme James Halliday, qui aime le jeu et la pop culture.

qui d’autre que Spielberg?

C’est un peu long à expliquer tout ça, et pourtant c’est un scénario tout ce qu’il y a de plus classique. Ready Player One, c’est donc du réchauffé ? Pas vraiment. Parce que les cocos, on parle quand même de Steven « Fucking » Spielberg, le type qui a mis un gros coup de booster à la pop culture. Trop modeste, lui ne le dira jamais. Il s’est d’ailleurs battu avec ses artistes durant toute la production et la postproduction pour retirer les références directes à ses propres œuvres, par peur de masturbation publique. La seule chose qu’il se soit vraiment permise, c’est la Delorean. Honnêtement, qui d’autre que Spielberg peut prendre une œuvre comme Ready Player One et en faire une œuvre riche et foisonnante ? Que ce soit pour ses réussites ou ses éventuels plantages, le film est si rempli qu’il mérite d’être discuté.

En voiture les copains les copines, l’analyse commence.

Ses qualités principales sont au nombre de trois. La première, c’est sa virtuosité visuelle. On se souvient de la tarte monumentale qu’avait été Tintin il y a quelques années. Certaines séquences de Ready Player One exploitent les nouvelles technologies avec encore plus de folie : on retrouve les longues prises habituelles de Spielberg, couplées avec un montage frénétique et prenant qui font des trois grosses scènes d’action du film un véritable régal. C’est presque dommage que la plus impressionnante soit la première : une course poursuite qui aurait été illisible chez beaucoup de réalisateurs. Ici, elle est magistrale. On est dans du pur spectacle qui peut s’apprécier au-delà de toutes autres considérations ; le tout souligné par une musique originale d’Alan Silvestri qui envoie du pâté bio de ta maman, ça fait du bien par où ça passe. Les sceptiques, ne boudez pas votre plaisir, le film vaut le détour rien que pour cela. Et honnêtement, comment être surpris ? L’un des plans les plus puissants du film avait été révélé au tout début, lors du Comic-Con 2017 : il s’agit du moment où Wade Watts met son casque de réalité virtuelle. On commence le plan de manière classique, puis la caméra se rapproche. Se rapproche encore. Et encore. Et pivote. Son mouvement est totalement impossible, mais pour nous mettre dans la tête de Wade, Spielberg a utilisé des effets numériques pour créer le lien entre la prise de vue réelle et la reconstitution par ordinateur. Comment mieux plonger un spectateur dans un univers virtuel ? Franchement, je ne vois pas.

en dehors de tout modèle capitaliste.

La deuxième, c’est son discours alarmiste vis-à-vis de la neutralité du net. On est en plein dedans ; James Halliday, interprété par Mark Rylance le nouveau chouchou de papy E.T, n’a rien à voir avec un Steve Jobs, ou un Mark Zuckerberg. C’est un idéaliste entièrement dépourvu de cynisme, qui a pensé son jeu en dehors de tout modèle capitaliste. Les méchants veulent récupérer le contrôle du jeu pour instaurer un système de membership, des placements de produits, des publicités ciblées, du contrôle de données… Ces éléments, déjà présents dans le bouquin, ont été très largement accentués par Spielberg, qui continue d’avoir une conscience politique même dans ses aventures les plus enfantines : la pop culture n’est pas là pour être exploitée par les mauvais, elle est là pour être célébrée.

Et c’est précisément sur cela que tient la troisième qualité principale du film : son traitement de la pop culture. Ce sujet a fait couler beaucoup de 0 et de 1 sur les Internets : placer des Battletoads ici, un Gundam là-bas, une Harley Quinn par ici, ce serait du « fan service ». Pire, on y verrait une démarche mercantile capitaliste visant à attirer les gens au cinéma en exploitant leurs goûts. Heureusement pour nous, Spielberg ressemble beaucoup à James Halliday : il n’y a rien de cynique dans sa démarche. D’ailleurs, celles et ceux qui connaissent bien sa filmographie savent qu’il est un cinéaste à peu près incapable du moindre cynisme ; c’est en partie ce qui a fait de lui un génie incompris par la critique fut un temps. Ce ne sont donc pas des références qui sont présentes pour se faire du blé, mais qui le sont principalement parce que Spielberg et ses équipes ont de l’amour à revendre. Dans le film, l’entreprise maléfique qui veut monétiser le jeu utilise une équipe de nerds qui sert de consultants en pop culture ; eux n’ont absolument rien de mauvais, ils sont excités comme des puces au sein d’une structure capitaliste. Peut-être pouvons-nous imaginer ces personnages comme les représentations de l’équipe de Spielberg au sein de la structure Warner Bros… L’autre critique souvent émise vient du traitement « désincarné » de ces références ; impensable de voir le géant de fer massacrer d’autres avatars comme ça… Mais c’est bien là tout le principe. Ce sont des avatars, ils sont donc par nature désincarnés. En dehors de leurs visuels, ils n’existent qu’à partir de ce que leurs joueurs mettent à l’intérieur. Ainsi Spielberg construit même une réflexion sur l’image et notre rapport à son identité dans une logique de réappropriation constante.

Sacrément couillu que d’oser placer la référence boom-box en plein milieu de tout ce capharnaüm…

J’aurais voulu pouvoir arrêter mon article ici. Dire que Ready Player One fournit une vraie réflexion sur le cinéma, sur la fabrique des images, et un spectacle visuel époustouflant. Et pourtant, et pourtant… Ready Player One n’est pas à la hauteur de nos espérances. Peut-être l’avions-nous attendu trop haut, mais en même temps : c’est Spielberg, pourquoi ne pas l’attendre tout en haut ?

Ready Player One n’est pas à la hauteur de nos espérances

Là où Spielberg innove dans les prouesses techniques, là où il est tout à fait à la page sur la question de nos rapports aux images et à la pop culture, il se tire une balle dans le pied avec ses personnages unidimensionnels. Difficile d’apprécier un film à sa juste valeur quand les héros qu’il met en scène intéressent moins que les avatars qu’ils manipulent. C’est une histoire d’amour trop attendue, entre deux personnages trop mal développés, deux petits blancs ultras basiques… Et ça, on l’a déjà vu des centaines et des centaines de fois ! Toute la bande de Wade Watts a le potentiel pour être beaucoup plus intéressante que les deux personnages principaux, mais ils n’ont jamais le temps de réellement exister. En face de la réussite du reste du film, c’est une sacrée tâche sur le tableau, qui nous l’espérons ne rebutera pas trop. Nous en tout cas, cela nous a clairement déçus et gâché le film. Pourquoi est-ce que Spielberg n’a pas su s’émanciper d’un carcan trop classique ? Difficile à dire, mais il est clair qu’il est lui-même conscient de ses limites. Il a récemment parlé de l’importance culturelle de Black Panther, et de la qualité des nouvelles voix qui s’expriment au sein du cinéma américain à grand spectacle. C’est en cela qu’il faut penser James Halliday comme l’avatar de Spielberg au sein du film : un génie qui a accompli de grandes choses, qui niveau spectacle met encore la misère à tous les petits jeunes qui débutent dans le game, mais qui est plus prêts que jamais à passer le flambeau.

Ready Player One, de Steven Spielberg. avec Tye Sheridan, Olivia Cooke, Ben Mendelsohn, T. J. Miller, Simon Pegg, Mark Rylance. Sortie en salles le 28 mars 2018

1 thought on “Ready Player One : Spielberg, le Dernier Maître de l’Air

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.