Palmarès du Festival International du Film d’Animation d’Annecy 2017

Nous n’avions pas imaginé pouvoir assister à la cérémonie de remise des prix, et en fait si. C’est dans l’ambiance « détente, fun et respect » qui caractérise le festival que celle-ci s’est déroulée. Nous sommes ravis des récompenses apportées aux films que nous avons soutenus :

Loving Vincent a remporté le prix du public, Dans Un Recoin de Ce Monde le prix du Jury, et le cristal revient à Lou et l’île aux sirènes.

Nous sommes également très heureux pour les récompenses des courts métrages pour The Burden qui reçoit le cristal, trip suédois dépressif d’animaux en vocodeur, et bien sûr pour Pépé le Morse qui récupère le prix du jury.

Nous étions ravis également de voir la série The Man Woman Case être reconnue par le jury pour la catégorie film de télévision. Au final, c’est un palmarès très hétéroclite, international et paritaire qui vient mettre la cerise sur le gâteau de cette 41e édition.

La cérémonie a été aussi l’occasion de célébrer le réalisateur suisse George Schwizgebel et son animation déjantée. Il a donc présenté son tout nouveau court métrage, ainsi que Le Roi des Aulnes accompagné par son fils au piano. L’autre événement notable, c’est la présentation d’un court métrage de Romain Segaud et Jean-Pierre Jeunet adapté d’un texte de Prévert. Il s’agit d’un match de ping-pong (hilarant) entre une otarie et un hippopotame animé par Nicolas Deveaux, et une animation abstraite bien frappée de Reinhold Bidner (Until We Coleidescape).

Mais l’événement pop de cette cérémonie de clôture, c’était bien évidemment la présentation d’un nouveau court métrage de Tartakovsky. Ce génie est adulé dans le monde de l’animation pour ses créations originales telles que Samuraï JackLes Supers Nanas et Le Laboratoire de Dexter. Le court qu’il présentait, intitulé Puppy, se situe dans l’univers de ses films Hôtel Transylvanie : le petit fils de Dracula veut un bébé chien… Il en récupère un gargantuesque. Qui va faire plein de bêtises. C’est une série de gags visuels à cent à l’heure. C’est une énergie dans l’animation et dans le montage sans pareils, c’est le plus grand nombre d’émotions à la seconde balancées à l’image, c’est rock’n roll c’est virtuose c’est fun BREF ! C’est du Tartakovsky.

L’an prochain, le festival se tiendra du 11 au 16 juin, et célébrera le Brésil ! Pour l’instant, nous, on vous dit à plus tard ! Love.

Professeur d’anglais. Enseignant en ciné à l’INA. Scénariste parfois, réalisateur quand tout va mal. Comédien et chanteur pour les Kids des Etoiles.

Fan #1 de Superman. Antifan #1 du Punisher.

Be first to comment