Une choré de Béjo et Kahn sur du Maitre Gims : ceci n’est plus qu’un Kamoulox