Why Horror ? Parc’queeeeeeeeeeeeeuuuuuh !

Nos notes

Pourquoi l’horreur ? (sous-entendu : « Qu’est-ce qui te plaît dans les films d’horreur ? »). Tal Zimerman s’entend poser cette question depuis sa Bar Mitsvah. Il n’avait jamais vraiment cherché à y répondre, jusqu’à ce qu’il devienne papa, une vingtaine bien entamée d’années plus tard. Ce Canadien, qui écrit entre autres pour Fangoria et Rue Morgue (les cousins de Mad Movies outre-Atlantique) et conçoit le cinéma de genre, non comme une passion, mais comme un art de vivre (en témoignent ses collections d’affiches et sa garde robe aux T-shirts flanqués de l’affiche de Suspiria), se retrouve alors à sillonner la planète en quête de réponses à cette vaste interrogation qui, elle-même, en soulève mille autres.

Cobaye

Il retrace la représentation de l’horreur dans l’histoire de l’art et la littérature, narre une brève histoire du cinéma de genre. Il se penche sur la dimension misogyne collant à bien des œuvres horrifiques, joue les cobayes, laissant des médecins disséquer ses réactions face à des images gores. Et n’oublie pas de se raconter, de livrer des anecdotes hilarantes (à l’image du jour où il a collé une balafre plus vraie que nature sur la joue de son frère prêt à partir à l’école…) et de se remémorer les temps forts de sa vie de fan. Réalisateurs (George Romero, John Carpenter, Alexandre Aja, les sœurs Soska), journalistes, universitaires… sont convoqués pour éclairer les multiples facettes du prisme horrifique.

Des hommes, des femmes, des fans

Passionnant, Why Horror ?, dont chaque thème abordé mériterait à lui seul de faire l’objet d’un documentaire, est une gourmandise pour les amateurs du genre, qui se retrouveront d’une manière ou d’une autre dans les témoignages. Mais il est surtout à conseiller à ceux qui ne comprennent pas que l’on puisse prendre du plaisir devant un survival ou un film de zombies bien crasseux, à moins d’être un tueur en série en puissance ou d’appartenir à une secte sataniste. Non, le fan d’horreur, qu’il (ou elle) soit couvert de tatouages où arbore un look propret, est d’abord un individu qui trouve, dans ces heures de terreur passées en toute sécurité dans les salles obscures, une catharsis à ses peurs et essaie de les regarder en face.

La première française de Why Horror ? a eu lieu au PIFFF 2014. Aucune date de sortie sur les écrans ou en vidéo en France n’est encore connue. Le site Internet du film vous invite par ailleurs à témoigner de votre propre rapport au cinéma de genre. So, Why Horror ?

Why Horror, Documentaire de Nicolas Kleiman et Rob Lindsay, avec Tal Zimerman, John Carpenter, George Romero, Alexandre Aja, Alan Jones… Canada, 1h27.

Verdict ?

Je suis cinéphage, avec un appétit particulier pour les films de genre. Je fais rarement la fine bouche, je ne dis pas « je n’aime pas » tant que je n’ai pas goûté, et je peux même me régaler de films que beaucoup trouveront indigestes. Mon péché mignon : le cinéma horrifique italien. Mes recettes préférées : celles du chef Dario Argento. Et quand je ne m’attable pas devant un film, je suis journaliste.

Be first to comment