Edge of Tomorrow, un nanar parasité par le monstrueux Tom Cruise !

Il y a trois films dans Edge of Tomorrow. Le premier, celui de Doug Liman, est de loin le moins intéressant. Certains voudraient y voir un honnête faiseur, là où tout au plus se trouve un tâcheron. Il suffit de jeter un coup d’oeil à sa filmographie : sans éclat, elle ne brille ni pas les sujets qu’il aborde, ni par son sens de la mise en scène. Au grand jamais, Liman ne voudra se singulariser de la production Hollywoodienne. Lorsqu’il s’en sort, c’est souvent grâce à la présence massive d’un acteur, Matt Damon par le passé (La Mémoire dans la Peau), Tom Cruise aujourd’hui. Sauf qu’ici, Liman arrive après la bataille. Son regard se tourne une nouvelle fois vers Jason Bourne, le dernier du nom précisément : Jason Bourne: L’Héritage. Toujours sous-estimé, le film de Tony Gillroy avait le mérite de dresser un constat : Hollywood n’a plus rien à dire. Le cinéaste, rejeton d’Alfred Hitchcock, ne filmait qu’une fiction qui singeait l’amnésie pour mieux répéter ce qui avait déjà été fait. Greengrass voulait revigorer le mythe de James Bond, Gillroy revenait aux bases du suspense. Mais là où le réalisateur de Michael Clayton avait conscience d’utiliser la totalité du scénario comme d’un pur MackGuffin, Doug Liman est dépassé par les événements. Nombreux sont ceux qui s’accordent à dire que le cinéma hollywoodien est en difficulté, et que  John Carter, Lone Ranger et Pacific Rim sont des projets fous, qui montrent bien qu’Hollywood est désorienté. Bien peu, par contre, réussissent à utiliser cette crise pour en faire une force. Doug Liman ne pense pas son film et ne voit rien d’autre qu’un nouveau jouet pour Tom Cruise, un spectacle divertissant.

un film-monstre

Sauf qu’il s’agit de tout autre chose, d’un film-monstre. Une véritable compilation des grands moments d’Hollywood depuis 30 ans, où l’on croisera autant Avatar qu’Un jour sans fin, Matrix, Starship Troopers et même Haute Voltige ou Da Vinci Code. De Spielberg, le golden boy, il emprunte sa fascination pour la seconde guerre mondiale, d’Indiana Jones à Il Faut Sauver le Soldat Ryan. A ces références, comme de bien entendu, s’ajoutent des clins d’oeil évidents au nouvel ennemi d’Hollywood, le jeu vidéo. Tel l’avatar d’un joueur, le personnage principal apprend de sa propre mort, à la différence, frustrante, qu’ici nous sommes de simples spectateurs. Si cette façon d’utiliser l’imagerie pop, chez Zack Snyder ou McG et l’entité Neveldine/Taylor, permet de créer de nouvelles formes baroques, ici, rien de tel. Edge of Tomorrow est juste une overdose indigeste de références, une expérience plus proche du zapping que du cinéma, à tel point que cela en devient fascinant. Tel les aliens numériques du film, l’oeuvre filmique est une créature qui utilise le temps (ici l’image hollywoodienne) pour continuer à vivre. Ce caractère monstrueux ressort d’autant plus qu’un troisième film surgit des entrailles de l’oeuvre.

82c33383-dd9e-4ad7-8932-28a451c27565_tom_cruise

Plus qu’un film de Doug Liman, il s’agit d’un film de Tom Cruise. L’expression populaire qui identifie un film à une star, plutôt qu’au réalisateur, prend ici tout son sens. En appliquant avec son humour pince-sans-rire l’expression politique des auteurs sur les acteurs, Luc Moullet a depuis longtemps démontré que les plus grands d’entre eux construisaient une œuvre à travers celle des cinéastes. Johnny Depp ou Bruce Willis en font la démonstration, leurs corps racontent une histoire parallèle à celle que racontent les films. Là où les autres apportent leurs propres univers, codes et références, Cruise parasite le programme de départ pour imposer son propre univers à celui du film. L’acteur américain devient, avec Edge Of Tomorrow, un cas unique, dans lequel il n’y a pas de coexistence créatrice possible : il est le film. S’il est un cinéaste qui a compris où Tom Cruise voulait en venir, c’est bien Ari Folman. Dans son dernier film, Le Congrès, le cinéaste israélien prophétise un monde où les progrès numériques seront tels que les acteurs seront contraints d’abandonner leur corps au profit de leur image, dont ils céderont le contrôle aux multinationales du divertissement. En utilisant l’image animée de Tom Cruise (qui n’est pas nommé en tant que tel), assumant totalement ce transfert, Folman ne se fait pas trop d’illusion sur l’acteur. Avant que cette dystopie s’impose à nous, Tom Cruise, dès aujourd’hui, prend les devants. L’angoisse du comédien, dévoilée dans Magnolia, est que son image lui échappe : il ne laisse donc à personne la possibilité de l’utiliser.

son corps sans âge fusionne avec les images

Ce n’est pas un hasard si ses rôles les plus dantesques (Tonnerre sous les tropiques, Rock Forever et, dans une certaine mesure, Night and Day) viennent à rebours de son Jumping the couch chez Oprah Winfrey. L’accident créatif, moment non contrôlé, se devait être rattrapé. Edge Of Tomorrow se situe dans la continuité d’Oblivion : une nouvelle étape du travail de Cruise sur son image, celle d’un corps photoshopé. Là où dans le film de Joseph Kosinski, l’image de Tom Cruise était copiée-collée à l’infini, son image est ici celle d’un corps figé dans le temps. Que cette étape dans sa carrière se fasse aujourd’hui, au sein d’un kaléidoscope d’images, est loin d’être un hasard : son corps sans âge fusionne avec les images. Nous sommes au bord d’une révolution des images, celle du Congres, qui s’annonce bien sombre. On pourrait rapprocher cette vision transhumaniste aux liens qui unissent la scientologie à Tom Cruise. Certains dialogues, comme ce « Born Again » que lance le sergent Bartolome (Bill Paxton) à Bill Cage (le personnage interprété par la star) nous orientent effectivement vers l’univers sectaire. Pourtant, l’ambiguïté du film nous amène ailleurs. Difficile en effet de déterminer si Cage est vivant et prisonnier de ses rêves, ou s’il ne fait que revivre le jour de sa mort. Cette ambivalence, et la façon dont l’aura de l’acteur prend le dessus sur le film, rapproche de façon troublante la dernière œuvre de Cruise du monument littéraire qu’est Ubik de Philip K. Dick. Est-ce Tom Cruise qui rêve de l’image d’Emily Blunt tenant lieu point de départ à ses journées, ou est-ce Emily Blunt qui rêve d’être sauvée par Tom Cruise ? Ou encore, sont-ce tout simplement les spectateurs qui rêvent d’un tel casting ? Mais est-ce bien un rêve ? Formulons une hypothèse qui tiendra lieu de conclusion : et si l’esprit de Tom Cruise avait en quelque sorte pris le dessus sur le spectacle ? Dans cette société spectaculaire, le public est devenu un réceptacle subissant le flux d’images qui se propage sur des écrans toujours plus nombreux. Tom Cruise, lui, contrôle ce torrent et, en paraphrasant K. Dick, nous dit simplement : « Je suis vivant et vous êtes mort. »

EOTFP139143rv2a

Edge of Tomorrow, Doug Liman, avec Tom Cruise, Emily Blunt, Bill Paxton, Brendan Gleeson, Etats-Unis, 1h53.

Après un parcours scolaire chaotique et pas mal de soirées vidéo bis, je me réfugie à l’université pour y faire grève et bouffer du film. Je m’y passionne pour la critique et l’écriture de scénario. Depuis, je m’efforce de trouver du boulot là où il est question de ciné. Après La Cinémathèque Française et UniversCiné et des collaborations aux Fiches du Cinéma et Culturopoing, je pris goût à l’ivresse du pouvoir, en 2012, en co-fondant Cinématraque. Je collabore également à La 7e Obsession.

5 Comments

  • […] de Mission Impossible : Protocole Fantôme. Ils se retrouvent plus tard sur l’intriguant Edge Of Tomorrow. L’amitié réelle qui s’est nouée est pour beaucoup dans la réussite du premier Jack […]

  • Répondre juillet 1, 2014

    mike

    Moi j’adore a 100 pour 100 cette histoire de flash back pour pouvoir trouver la meilleure stratégie pour gagné une guerre, si j’ai bien compris la synopsie. Les effet speciaux on l’air d’etre au rendez vous donc je dit oui.

  • Répondre juin 30, 2014

    Will

    a voir je pense pas que ce soit un mauvais film ce qui m’a le plus étonné dans la bande annonce c’est qu on peut retrouvé dans ce film une voiture française pour ne pas dire de marque j ai vraiment été choqué que l on utilise ce genre de vehicule pour ce genre de film mais pourquoi pas après tout.

  • Répondre juin 18, 2014

    jsma

    Votre parallèle avec Le Congrès est intéressant, mais Cruise a-t-il vraiment vendu son image? Le propos du film n’est-il pas plutôt de dire que, malgré toute la force avec laquelle il pèse encore sur un film (économiquement, symboliquement), Cruise a déjà perdu sa guerre contre les images numériques (ici appelées mimics)? Le D-Day qui se répète à l’infini, au sein duquel Cage (Cruise) ne parvient jamais à être un héros, n’en est-il pas la preuve? Il n’y a plus d’épopée possible pour les acteurs, Godzilla et les Jaeger de Pacific Rim ont pris leur place.
    Voir ma critique ici: http://alphaville60.overblog.com/2014/06/d-day-for-ever-edge-of-tomorrow-de-doug-liman.html

    • Répondre juin 18, 2014

      GAEL

      Mon analyse c’est qu’il a assimilé cette guerre perdue et en l’assimilant, il a gagné, en tout cas pour ces deux derniers films (on verra par la suite) la bataille. La preuve en est que les Mimics ces créatures de synthèse sont beaucoup moins présentes à l’écran que l’image de Tom Cruise. Pour le reste, votre commentaire me rappelle a mon souvenir que Mimic est aussi un film de Guillermo Del Toro… Tiens donc… 🙂

Leave a Reply