L’incomprise : quand les rires cachent les larmes

Dernier film d’ Un Certain Regard 2014, L’incomprise d’Asia Argento doit essayer de se démarquer dans cette sélection qui fut de fort belle qualité cette année. Cette histoire d’une petite fille qui se sent mal aimée (et à raison) peut-elle réussir le hold-up et remporter le prix juste avant la cérémonie ?

Ce ne serait pas surprenant ! La salle était surexcitée pendant ce film qui déborde d’énergie. Des applaudissements ont fusé après quelques scènes, chose très rare à Cannes et une standing ovation a suivi le générique. La présence de la jeune actrice exceptionnelle pendant le film et pleine d’énergie lors de la présentation sur scène n’y est pas pour rien.

Asia Argento réussit l’exploit de réaliser un film particulièrement drôle sur une fille qui se sent délaissée par tout le monde et notamment par ses parents. Si l’on lisait uniquement le récit objectif des différents moments de l’histoire on penserait que le film est d’une tristesse insupportable. Pour nous faire rire malgré tout, Asia Argento force le trait de ses personnages jusqu’à ce qu’ils en deviennent presque absurde. Le père, profondément superstitieux est un régal durant tout le film et déclenche à chaque apparition les fous rires de la salle. Même les engueulades entre les parents sont tellement énormes qu’on ne peut s’empêcher de sourire face à ce spectacle pourtant triste pour la jeune fille. En effet, ses deux parents sont ignobles. Charlotte Gainsbourg interprète une mère indigne qui accumule les conquêtes et se débarrasse de ses enfants à la moindre occasion. Le père n’est pas beaucoup mieux obsédé par sa carrière d’acteur et n’hésitant pas à accuser Aria de tous les maux du monde. Celle-ci fait donc des allers-retours réguliers entre sa mère et son père, n’y trouvant chez l’un comme chez l’autre ni affection, ni stabilité. L’école n’est pas un réconfort puisque même si elle réussit brillamment, elle est la risée de ses camarades.

En plus d’être drôle et touchant, le film est d’une énergie folle. Le montage et la musique (que certains trouveront peut-être envahissante) donnent notamment un rythme très dynamique au film. Même des scènes plutôt banales semblent ainsi être des événements exceptionnels et cela traduit efficacement les sensations des jeunes enfants pour qui tout est une nouvelle aventure. La cinéaste est d’une grande liberté et s’affranchit de nombreux codes du cinéma. Les séquences se suivent parfois sans réel lien et on oublie les conséquences d’une action d’un plan à l’autre. Cela permet à Asia Argento de suivre différentes pistes et surtout de ne jamais nous ennuyer.

Beaucoup de rires donc mais qui cachent une émotion forte. Le film est à l’image de l’héroïne qui enchaîne les marques de rejet et de désamour sans jamais perdre le moral. Mais la tristesse est bien présente, latente et d’autant plus forte. Rares sont les films d’enfant qui arrivent à ne pas rendre les petits mioches insupportables ou peu crédibles. Ici, on ne peut qu’être conquis par le visage d’ange d’Aria qui regarde avec résignation le monde peu enviable des adultes. Les spectateurs ne s’y sont pas trompés en applaudissant à tout rompre la jeune actrice.

Peut-être un coup de théâtre dans la sélection d’Un Certain Regard, la veille du palmarès Asia Argento nous propose un film très réussi, sans cesse drôle et pourtant infiniment triste. Libre et inventif, il est surtout transcendé par sa jeune actrice émouvante et juste. Un candidat très crédible pour le prix !

L’Incomprise, d’Asia Argento avec Giulia Salerno & Charlotte Gainsbourg – Sortie en septembre 2014

Ouvert à la discussion et tolérant, je ne pense pas détenir la vérité sur les films que je critique. Il se trouve seulement que j’ai meilleur goût que vous. Quand je ne regarde pas des films, je lis des comics parce que rêve d’être Peter Parker. Vous pouvez me retrouver sur coup-critique.fr

Be first to comment