Cartel, Ridley Scott et la loi de Murphy

Nos notes

Cartel n’est pas un film aimable. C’est en tout cas dans ce sens que Ridley Scott et Cormac McCarthy semblent avoir envisagé leur travail. Connu auprès des banksters pour deux des adaptations au cinéma de ses livres (The Road – Prix Pulitzer – par John Hillcoat, et No Country for Old Men par les frères Coen), McCarthy s’est vu proposer pour la première fois la rédaction d’un scénario original. Comme souvent dans ces cas-là, l’écrivain n’a pas voulu que son œuvre soit charcutée, ni par le réalisateur, ni par les producteurs. Fait rare, la réputation d’excellence et le respect qu’inspirent ses romans lui ont fourni les armes pour s’imposer. Aussi a-t-il souhaité, et avec raison, demeurer maître à bord en participant à la production du film. Grand bien lui en a pris : il livre ici un pur polar dont l’intrigue finit par égarer le spectateur, à la manière du Grand sommeil d’Howard Hawks, tout en lui offrant une vision du monde d’une noirceur peu vue sur les écrans ces dernières années, le fatalisme mâtiné de dépression qui traverse son œuvre éclatant ici sans la moindre retenue. Chaque dialogue participe à sceller plus profondément encore le destin de ses personnages ; il n’y a rien à attendre de la vie, nous dit-on, sauf la mort. Cartel assume crânement la froideur de son traitement, tant par son scénario que par sa mise en scène.

Cartel 2

Ridley Scott emboîte le pas de l’auteur et dynamite toute intrusion du spectaculaire. Les meurtres, qu’ils soient hors-champ ou plein cadre, participent tous de la même logique : celle de la nécessité, d’un élément comme un autre de l’histoire. La banalisation de la mort, le calme de sa mise en scène, se matérialisent en un lieu, le Mexique. Où, ailleurs qu’au Mexique, pourrait bien se dérouler Cartel ? En l’espace de deux présidences, plus de 120.000 personnes y ont trouvé une mort violente. Aux mains du Cartel de Sinaloa, lui-même soutenu de façon logistique par la très pragmatique CIA, le pays est aujourd’hui l’un des endroits les plus criminogènes au monde. Comme le dit Brad Pitt dans Cartel, les exécutions ne témoignent d’aucun accès de rage : les décapitations sont un moyen comme un autre de faire progresser le business, rien de plus. Le pays rêvé pour une histoire de McCarthy, mais également pour Ridley Scott, « cinéaste-peintre » qui, dans le désert, trouve une nouvelle fois à façonner la lumière. On retrouve alors l’auteur au meilleur de sa forme, donnant à certaines scènes des airs de Blade Runner. 2019 approche, et sa vision du monde est encore plus sinistre que dans son chef-d’œuvre : les bas-fonds ont envahi le monde, la City seule fait figure de pyramide, et c’est une fois encore au sommet que tout se joue. Un rapprochement loin d’être hasardeux : tout comme dans l’interrogatoire d’Harrison Ford (Blade Runner), c’est autour d’une table que se dessine l’objectif du cinéaste. Là encore, il s’agira de jouer avec une loupe, d’observer à travers un prisme. Toute l’entreprise de Ridley Scott se dévoile dans l’étude d’un diamant.

Tel un diamantaire, donc, Ridley Scott sculpte les corps de ses acteurs en utilisant le décor aussi bien que la lumière. Tout comme le joaillier, c’est l’imperfection qui le fascine chez ses acteurs. La valeur d’un diamant ne se mesure pas à sa pureté, à la perfection de sa confection, mais à ses défauts. Diaz est le nom de ce diamant. L’auteur capte en elle le corps vieillissant d’une femme sublime, davantage que l’étincelle précieuse se dégageant de la star. C’est cette peau, sèche mais toujours féline, qui l’intéresse ici, laissant voir des rides qu’Hollywood cherche pourtant, depuis des décennies, à lisser sous les scalpels de la chirurgie esthétique ou, plus récemment, par le recours aux effets numériques. C’est encore cette peau, marquée par des tatouages – certes factices –, qui font de Cameron Diaz la pierre angulaire du film, un diamant aussi mythique que l’Onza, animal folklorique qui semble avoir influencé son personnage. Onza – c’est ainsi que l’on nomme, au Mexique, un félin légendaire, proche du guépard, mais dont l’existence n’a jamais été prouvée. Ces fauves qui sillonnent le film sont bien plus que des éléments d’ornements, ils sont un clin d’œil évident à cette croyance mexicaine.

Cartel 1

Pour Scott, la valeur d’un acteur ne se trouve pas seulement dans les imperfections de son corps, mais aussi dans ses névroses ; aussi l’autre diamant du film est-il celui qui incarne le rôle-titre original, Michael Fassbender alias The Counselor. Cartel est une bien belle façon de rendre hommage à l’expression et à la singularité du comédien. Déjà présent dans Prometheus, Fassbender livre ici une composition en deux temps, pas si éloignée de celle réalisée pour Shame (Steve McQueen). Fidèle à ses obsessions, ce dernier continue de creuser les problématiques névrotiques sexuelles de ses personnages. Comme souvent dans ses films, l’acte charnel pose problème. S’il s’en délivre ici par la destruction de l’autre, lui-même n’en sort pas sans encombres. Au-delà du travail de ces deux comédiens, c’est un discours sur l’acteur et le star system qui s’affirme dans Cartel. Un discours offensif de la part de Scott qui, à la façon d’un Peckinpah, utilise son film pour régler ses comptes avec un certain Hollywood, celui, fascisant, des belles gueules. Bénéficiant d’une distribution en or, le cinéaste détruit méthodiquement, patiemment, l’un après l’autre, ses jouets. Il ne garde que leurs corps, qu’il utilise à sa guise, plongeant dans l’ombre des corps célestes (Penélope Cruz, Édgar Ramirez), ou mettant en pleine lumière ceux qui mériteraient une carrière plus riche (belle séquence, faisant office d’entracte, dans laquelle dialoguent John Leguizamo et Dean Norris) : rares sont ceux à sortir indemnes du film. Ainsi, longtemps l’on conservera en tête celui qui finira dans une décharge publique.

Cartel est un pamphlet pour le retour à l’essentiel de l’art filmique : la relation de la caméra à l’acteur, débarrassé de toute fioriture et de cette saloperie de star system. De Blade Runner à Cartel, l’ambition de Scott est la même, étudier l’effet de la lumière sur les corps, afin de leur donner vie. Ce qui les distingue pourtant, c’est que là où l’auteur voyait, dans Blade Runner, de la poésie chez ces robots imparfaits – car se découvrant humains –, il ne voit, dans son nouveau casting, que des enveloppes sans vie, et dont il faut se débarrasser. Un bien triste regard sur un monde ultra-violent, Hollywood, où il n’y a de place ni pour les guignols, ni pour les faibles, et qui sait se montrer cruel avec les petits malins : seule la froide logique du business permet de survivre, à Hollywood comme ailleurs.

Cartel, Ridley Scott, avec Michael Fassbender, Penélope Cruz, Cameron Diaz, États-Unis / Grande-Bretagne / Espagne, 1h51.

Verdict ?

Après un parcours scolaire chaotique et pas mal de soirées vidéo bis, je me réfugie à l’université pour y faire grève et bouffer du film. Je m’y passionne pour la critique et l’écriture de scénario. Depuis, je m’efforce de trouver du boulot là où il est question de ciné. Après La Cinémathèque Française et UniversCiné et des collaborations aux Fiches du Cinéma et Culturopoing, je pris goût à l’ivresse du pouvoir, en 2012, en co-fondant Cinématraque. Je collabore également à La 7e Obsession.

11 Comments

  • Répondre avril 19, 2015

    Alexis

    I’m amazed, I have to admit. Seldom do I encounter
    a blog that’s both educative and entertaining, and without a
    doubt, you have hiit the nail on the head. The issue is something that
    not enough folks are speaking intelligently about.
    Now i’m very happy I came across this during my searc for
    something relating tto this.

  • Répondre janvier 4, 2015

    gagner plus

    My partner and I stumbled over here from a different web
    page and thought I might check things out. I like what I see so i am just following you.
    Look forward to looking at your web page for a second time.

  • Répondre mars 25, 2014

    Karl

    Enfin des critiques positives sur ce film !

    Un grand bravo à vous tous pour cette immense prise de recul, vous saisissez pleinement la subtiluté du film.

    Les critiques négatives de l’inteligencia de la presse cinématographique sont scandaleuses et indignes.

    Ce sont les mêmes qui avaient vomis sur Scarface, Blade Runner, ou encore Fight Club avant qu’ils ne deviennent des films de référence.

  • Répondre décembre 7, 2013

    Benjamin

    Vu le film hier: je me suis rendus compte qu’il y a des choses que je commence à mal supporter de voir au cinéma. Je me fais vieux…
    Cormac McCarthy, que j’admire, reste décidément assez mystérieux pour moi: cette fascination de la mort violente est quasi obsessionnelle chez lui.

    Sinon, ta critique est super et le film est vraiment troublant, même si je n’y vois pas autant que toi la trace du cinéaste: pour moi c’est vraiment le film de son scénariste.
    Enfin, ce que tu pointes sur le star-system me parait très juste, mais tu ne dis pas qu’en « utilisant » ces corps de star, Le cinéaste participe au cynisme de ce monde hollywoodien puisque cette belle brochette lui permet notamment de financer son film. La boucle est bouclée.

    • Répondre décembre 7, 2013

      GAEL

      Certaines scènes sont assez insupportables. J’évoque Blade Runner, mais j’ai l’impression que le public des années 2000 ont eu le mec choc avec Cartel que ceux qui ont vu Alien a la fin des années 70.
      Sur twitter certains s’interrogeaient sur l’importance de la mort de Tony Scott sur ce dernier film de Ridley Scott. Je ne peux pas répondre, mais peut être que ce discours sur Hollywood est aussi une façon de dire: « Le business te broit dans tous les cas mais je terminerais pas comme mon frère. J’utilise les outils du système pour les retourner contre lui. « .
      Ce que je trouve interessant c’est qu’il y a eu un certain consensus sur ce film entre la critique et le public. Echec autant critique que public.

  • Répondre novembre 24, 2013

    Lewis Kouassi

    La scène du pare-brise va devenir culte !

  • Répondre novembre 23, 2013

    Lewis Kouassi

    Très très bonne critique et au passage excellent site !

    La critique de mon blog : http://lewis-mind.blogspot.fr/2013/11/critique-cartel-de-ridley-scott.html

    • Répondre novembre 23, 2013

      GAEL

      Oui il y a un peu de ça, une version adulte de Bling Ring et Spring Breakers. Sans doute est ce parce que je suis plus proche de l’age de Michael Fassbender que des minettes des films précités que j’ai été bien plus touché par Cartel. Il faut ne pas oublier, effectivement, que cette absence de morale ne touche pas seulement les jeunes, mais tout le monde. C’est étonnant au final quand on y pense, au cinéma cette année il fut souvent question d’absence de surmoi et de vide.

  • Répondre novembre 18, 2013

    jsma

    Vous avez tout à fait raison de défendre le film et de reparler de la scène du diamant, qui est essentielle. Moi, je vois une autre scène clé, celle où Cameron Diaz écarte les jambes sur le pare-brise de la voiture de sport conduite par Javier Bardem. Voir ma critique sur http://alphaville60.overblog.com/

    • Répondre novembre 18, 2013

      GAEL

      Nos critiques se completent très bien, bien vu pour la vulgarité !

    • Répondre novembre 24, 2013

      Lewis Kouassi

      J’ai répondu à ton com’ plus haut, m’sui trompé xD

Leave a Reply