Homeland / saison 3, épisode 1: les prolongations risquées

 Sous l’avalanche de séries diverses et variées qui nous est proposée, difficile de se fixer sur une pépite qui nous tienne en haleine durablement. Avec Homeland, on pensait avoir enfin trouvé une série qui s’élèverait à un niveau artistique. Si les premiers épisodes déployaient une intrigue au calibrage parfait, avec une technique narrative surprenante et un jeu d’acteurs captivant, le renouvellement du show laisse planer le doute sur la prolongation des aventures de nos terroristes et de nos agents de la CIA.

58 jours après l’attentat qui a eu lieu lors de la commémoration à la mémoire du vice-président Walden dans les bureaux de la CIA, les protagonistes subissent les conséquences de leurs erreurs. De nouvelles intrigues se dessinent et on peut déjà esquisser les lignes directrices de cette saison :

  • on constate des fuites au sein de la CIA. L’agence est menacée de dissolution. Saul, maintenant directeur, doit manœuvrer pour sauver les meubles
  • Brody, devenu ennemi public n°1 a disparu dans la nature : sa famille se retrouve sans ressource financière.
  • Carrie, déjà fragilisée par sa culpabilité et par l’arrêt de ses médicaments, se retrouve sous les feux de la rampe et abandonnée de tous, ce qui n’arrange rien à sa paranoïa.
  • certains personnages sont mis en avant et vont certainement voir leur rôle prendre de l’importance : Dana semble aller bien, ce qui la rend d’autant plus suspecte, et Quinn est l’élément central d’une opération périlleuse qui semble troubler l’avenir de son personnage.

Que va devenir Carrie ? Où est Brody ? Qui est derrière l’attentat ? La ligne de partage entre le bien et le mal est plus que jamais brouillée, tout comme les capacités de jugement de Carrie. Malgré tous ces rebondissements, force est de constater que ce premier épisode est loin de tenir la cadence. Comme la saison 2 le prévoyait, la série semble sur le point de glisser vers la surenchère, et sa crédibilité, déjà source de polémiques, en prend un coup. On ne retrouve plus la virtuosité narrative et l’œil aiguisé d’une caméra qui nous perdait dans les méandres de la complexité des personnages, parvenant à nous retourner le cerveau presque au point de nous faire soutenir le héros dans ses entreprises terroristes. L’absence de Brody semble créer un manque. D’un autre côté, elle installe une tension qui marque peut-être une évolution dans la série. Le huis-clos obsessionnel des premiers épisodes a explosé : les valves sont ouvertes, ce qui était confidentiel ne l’est plus. On tombe dans l’atmosphère pesante des commissions d’enquête et de l’agitation médiatique consécutives à l’attentat.

 Affaire à suivre…

Homeland, saison 3. Série créée par Alex Gansa, Gideon Raf, Howard Gordon. Avec Claire Danes, Mandy Patinkin, Damian Lewis. Episode 1 diffusé le 29 septembre sur Showtime.

1 Comment

Leave a Reply