[L'image de l'année] Kad Merad vs la réalité

S’il fallait garder de 2012 une image, un plan, un photogramme : les rédacteurs de Cinématraque se prêtent à l’exercice.

Le plateau de Salut les Terriens, Thierry Ardisson qui dit « ouais » à tout bout de champ, un groupe de jazz qui enchaîne les jingles, le monteur qui débloque et moi qui frôle l’épilepsie, on est dimanche soir. Kad et Olivier viennent présenter Mais qui a re-tué Pamela Rose, répétant ce qu’ils ont dit sur tous les plateaux depuis une semaine, à savoir qu’ils sont heureux d’avoir fait ce film, qu’ils s’y sont éclatés et qu’ils espèrent que le public suivra.

A la provoc fondée d’Ardisson quant à la cadence infernale de Kad tant décriée et faisant que sortent au cinéma plus de films avec lui à l’affiche que de films sans lui, le compère d’Olivier répond sur la défensive : « Ça me paraît normal de me lever le matin et d’aller travailler, comme j’ai vu mon père faire… »

« Ouais ouais »…

Teasing pré-pub, Ardisson annonce dans la suite de l’émission un témoignage poignant. C’est celui d’une dame au visage marqué, France Guérin, qui vient tout bonnement promouvoir les Restos du Coeur. Son histoire est digne des plus grands mélos du cinéma : enfant battue qui s’est promis de faire le bien adulte, adoptant deux trisomiques et peinant désormais à joindre les deux bouts, elle émeut le plateau gauche caviar. Chose étonnante, elle ne sera pas coupée dans son récit. 10 bonnes minutes de monologue, elle n’est pas là pour se faire plaindre, plutôt pour remercier les Restos du Coeur. A ses côtés, Kad n’a plus le sourire, des larmes semblent même vouloir couler de ses yeux d’acteur bankable. Thierry Ardisson est aphone, et réclame d’un geste brusque de ne pas être filmé.

La conteuse ne jubile pas. Elle termine la tête haute son récit. La scène oscille entre pathétisme et humanisme. On aimerait presque se prendre à croire en l’empathie des élites, en un déclic plus fort qu’une simple participation annuelle aux Enfoirés.

CUT.

« On se retrouve la semaine prochaine pour Salut les Terriens… Merci à Kad et Olivier, rendez-vous dans les salles dès mercredi, et merci à France Guérin pour son témoignage poignant. »

Ouais ouais.

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
vous avez aimé ou détesté ce post laisser un commentaire or subscribing to the RSS feed pour avoir les prochains articles dans votre reader.

J'aime bien les films d'Arnaud Desplechin, mais aussi ceux avec Bruce Willis. Je suis l'un des co-fondateurs de Cinématraque, et je l'ai noté sur mon CV. Je filme bien les gens qui bougent pas trop.

Be first to comment