Les coups de coeur Cinématraque de la rentrée (2ème partie)

Coucou sa va c samedi ta bien dormi ? On t’avait promis la suite, alors la voici. Cet article ne promeut aucun film assimilable à Jean-Luc Reichmann, c’est un choix éditorial, s’adresser à Thomas Fouet en cas de réclamation ou bien si vous êtes Jean-Luc Reichmann.

MELANIE KLEIN

Mélanie est une meuf sympa. Je crois que c’est Jérem, aka Mégaconnard, qui l’a intronisée parmi nous. Depuis, elle fout ses pieds sur la table et rote en société. Elle est du genre pas sortable, pas tenable, mais j’avoue que je me reconnais toujours dans sa plume, qu’elle a jolie. Du fait de ses liens familiaux fort probables avec Gérard Klein, elle a pourtant bénéficié d’une éducation quasi-parfaite, et elle sait faire de la moto. Elle écrit également pour l’Express, clique pour voir son blog. Mais bon, amis gringalets s’abstenir, a priori elle kife les bodybuildeurs couillons américains, rapport à son coup de coeur.

[one_half] [/one_half] [one_half_last]

Magic Mike, Steven Soderbergh. En salles.

« On sait que la vie ne tient qu’à un fil. Dans Magic Mike, c’est le vit qui ne tient qu’à un fil. J’ai tiré la langue pendant les scènes de strip-tease, été émue devant les images Instagram-filtre jaune de plage, eu envie de péter la gueule à la soeur du Kid quand elle draguait Mike, trouvé que les extas que prenait Adam, c’était pas sympa et qu’il fallait se méfier des filles aux cheveux roses qui avaient un cochon. J’ai vu plein de références dans Magic Mike : des films de mafia (la fraternité c’est cool, les meufs c’est chiant, le business c’est bandant, la drogue c’est mal) à Cocktail (l’ascension sociale d’un petit jeune mignon) en passant par plein d’autres et même mon film à moi, celui de mon strip-tease perpétuel sur les réseaux sociaux. En sortant de la salle, j’ai repensé aux mecs vus sur la plage pendant mes vacances et à mon tableau de chasse. En les comparant à ceux de Magic Mike, j’ai envisagé d’en finir avec le vit. »

Lire tous les articles de Mélanie

[/one_half_last]

JC LEROY

Le roi de quoi, te demanderas-tu ? Bah le roi de Nicolas Cage, voyons. JC, comme Julien Clerc, sa préférence à lui, c’est Ghost Rider et tout. Chelou, hein ? C’est un peu notre quota « mec qui adore Nicolas Cage », qui permet de nous ouvrir à la communauté assez faiblarde des « mecs qui aiment bien Nicolas Cage et Julien Clerc ». JC, il a une voiture qui voyage dans le temps, et il aime aussi, à l’image de Mélanie, les biscotos, rapport à son coup de coeur de rentrée.

[one_half] [/one_half] [one_half_last]

Expendables 2, Simon West. En salles.

« Si le premier Expendables était déjà un concentré jouissif des films d’actions des années 80 et 90, voire 2000 pour certains, le second opus est orgasmique. Les grosses stars des actioners de notre jeunesse y côtoient des visages certes un peu moins connus pour nous offrir un pur délire d’action, de fun, de pseudo philosophie de comptoir et de démesure. »

Lire tous les articles de JC

[/one_half_last]

THOMAS FOUET

Thomas, ou plutôt devrais-je l’appeler Monsieur Fouet, c’est notre rédacteur en chef, celui qui passe sa vie à faire chier les auteurs pour qu’ils écrivent plus, moins, mieux ou avec plus de couleurs. JE L’AIME BEAUCOUP, JE LE VENERE et je lui repasse ses chaussettes. Lorsqu’il ne va pas au cinéma, il boit des verres de vin rouge en lisant des bouquins. Intervenant régulier sur Direct 8 où il fait vraiment TRES PEU de blagues, Ficheux assidu, roux assumé (non je déconne je déconne), Thomas aime assez beaucoup les films où qu’il y a des garçons presque nus (clique pour une preuve irréfutable). Et il vous conseille un film qu’on m’a énormément conseillé. A priori, donc, fonçons.

[one_half] [/one_half] [one_half_last]

The We and The I, Michel Gondry. Sortie le 12 septembre.

« L’individu, le couple, les communautés, la collectivité ; l’espace confiné d’un bus et la mise en réseau du monde – Gondry varie les échelles dans ce qui sans doute son plus beau film. L’un des auteurs les plus en phase avec son époque, interrogeant avec une rare pertinence son rapport à l’image. »

Lire tous les articles de Thomas

[/one_half_last]

SIDY SAKHO

Je n’ai vu Sidy qu’une fois. On a bu une bière et je suis parti. On a parlé vite fait. Il est gentil. Je lis Sidy régulièrement sur Chronicart, et un peu partout ailleurs. C’est que Gaël et Thomas n’ont de cesse de relayer ses magnifiques articles. Fin connaisseur, plume magnifique, il est de ces gens que je ne m’aventure à contredire qu’avec quelques verres dans le nez, le plus souvent pour conclure par un assommant : « ouais mais de toute façon t’y connais rien. » Sidy fut l’auteur pour nous de la certainement plus belle nécro de Chris Marker. Vous êtes grandement invités à la relire en cliquant ici. Non, je déconne, je voulais dire ici.

[one_half] [/one_half] [one_half_last]

Holy Motors, Leos Carax. En salles.

« On ne l’attendait plus vraiment, mais avec Holy Motors, Leos Carax signe assurément le film d’un cinéaste toujours parmi nous, parfaitement d’aplomb pour continuer à filmer ce qu’il connait le mieux : des histoires d’amour tragiques, les rendez-vous manqués de Paris, et bien sûr son plus fidèle compagnon d’arme, le génial Denis Lavant ! »

Lire tous les articles de Sidy

[/one_half_last]

Suite et fin demain, avec Gael, Riyet, Jérôme, Anne-Cé et moi-même…

« En attendant, je relirais bien l’épisode d’hier… » Vas-y mon ami, clique, ne te gêne pas !

(Dzibz n’étant pas mon vrai prénom)
Red’chef ici, extrêmement sévère avec les autres, mais pas du tout avec moi, hashtag YOLO.

1 Comment

Leave a Reply