Charlie Sheen, Opération Overdose

Bon, je mentirais si je disais que j’attendais beaucoup de la série Anger Management, diffusée sur FX et censée marquer le grand retour de Charlie Sheen (de son vrai nom Carlos Estevez). Mais connaissant la réputation de FX et étant assez fan de quelques uns de ses programmes comme The Shield (la série qui m’a sans doute le plus marqué et sans conteste l’une des meilleures illustrations de la descente aux enfers qu’il m’ait été donné de voir), Sons of Anarchy (où l’on retrouve une partie de l’équipe de The Shield, Kurt Sutter en tête, et où Ron Perlman nous montre toutes les facettes de son talent, immense) ou bien encore Wilfred (découverte ces derniers temps et vraiment digne d’intérêt), je m’étais dit qu’on aurait le droit à une nouvelle série qui n’aurait pas peur de prendre des risques.

Je me procure donc les deux premiers épisodes d’Anger Management, diffusés le même soir, me sort une bière, des chips et m’installe confortablement dans mon fauteuil avant de lancer le pilote. Et là, les amis, là… Et bien, une fois passées les 10 premières secondes, ça part mal.

Que se passe-t-il pendant ces 10 premières secondes ?

Ouverture sur un gros plan de Charlie Sheen, qui brise le quatrième mur et regarde le spectateur droit dans les yeux en disant ces quelques mots : « Vous voulez me virer ? Parfait ! Je démissionne ! [Coup de poing.] Vous voulez me remplacer par quelqu’un d’autre ? Allez-y ! Ca ne sera pas aussi bien ! [Re coup de poing.] Vous voulez… » Fin des 10 secondes. Changement de plan où l’on voit Charlie Sheen se retourner vers 3 personnes assises dans son salon et leur dire : « Bon, vous avez compris l’idée. »

Et là, il se passe un truc que je déteste au plus haut point et qui me donne envie d’exploser mon ordinateur ou la télévision… Vous avez une petite idée de la chose ? Oui, mesdames, mesdemoiselles et messieurs ! Oui ! Des rires enregistrés ! Des PUTAIN de rires enregistrés !

De plus, le décor de la maison de Charlie dans Anger Management me rappelle celui de la maison de Charlie dans Mon Oncle Charlie. Si vous avez du mal à suivre, levez la main et je reprendrais plus lentement.

Mon visage exprime peu à peu l’horreur qui se distille dans mon esprit et mon âme au fur et à mesure que j’avance dans le premier épisode. FX, après nous avoir matraqués à coup de bandes annonces qui nous promettait quelque chose d’explosif, nous livre une sitcom plus que classique. Tout y est : décors qui puent le studio, les rires à des blagues pas drôles ou quand quelqu’un passe une porte, situations pauvres, les rires à n’importe quel moment, acteurs pas franchement talentueux (mais qu’est-ce que Selma Blair est venue foutre là-dedans ?), les rires… Bref, vous avez compris.

J’attendais que Charlie Sheen, pas un grand acteur au demeurant, mise tout sur son personnage public et ses frasques à répétitions pour conduire une série qui repousserait un peu plus les limites du convenable à la télévision sans pour autant tomber dans le graveleux et la surenchère gratuite. Je me rends compte maintenant que j’en demandais trop. Charlie veut juste se racheter et redorer son blason.

Tu quoque, FXi ?

Je me demande comment FX a pu tomber dans le délire sitcom classique. Bon, mettons-nous d’accord sur un point : qu’est-ce qu’on peut appeler sitcom ? Y a-t-il des impondérables du style rires enregistrés et blagues pas franchement drôles ?

Personnellement, j’appelle sitcom toute série d’un format d’une vingtaine de minutes présentant des situations censées être comiques. Je vous l’ai déjà dit, j’ai une sainte Horreur des rires enregistrés. Comme si on allait me faire croire que la plupart des séries actuelles où se produit cette infamie sont réellement tournées devant un public. OK… Mais si c’est le cas, pourquoi, bordel, pourquoi tous ces rires sont toujours les mêmes ?

Sur certaines séries, j’arrive à passer outre. Friends, How I Met Your Mother et The Big Bang Theory, par exemple. Mais ces séries ne font pas hurler de rire. Il y a des passages drôles, je le reconnais, mais il n’y a pas un niveau d’excellence qui me fait rire et réfléchir en même temps. A vrai dire, en ce qui concerne HIMYM et TBBT, je les regarde plus par habitude qu’autre chose, parce que j’ai envie de connaître la fin. D’ailleurs, ça fait deux saisons qu’HIMYM me les brise avec son histoire de mariage. Je dois être masochiste.

Quelles sont les sitcoms actuelles qui me font exploser de rire au moins une fois à chaque épisode ? Il m’en vient deux à l’esprit et je les conseille à toutes et à tous : Raising Hope et Community. La première parce que sa description d’une famille issue de la classe plus que moyenne américaine est tout simplement excellente. La famille Chance galère, a un niveau d’éducation douteux et a toujours des idées loufoques pour se sortir de situations toutes plus étranges les unes que les autres. Je me marre tout seul devant mon ordinateur en repensant à cette séquence finale au ralenti de la saison 2… Bref, on a le droit à l’humour ET à la réflexion.

En ce qui concerne Community, c’est un savant mélange d’humour, d’autocritique et de références au monde de la télévision et du cinéma et à tout un univers geek. Il y en a tellement qu’il est impossible de toutes les repérer. Je suis particulièrement fan de la référence continue à Doctor Who avec l’Inspector Space Time. Et une référence à Calvin & Hobbes dans un épisode m’avait fait sauter de joie. Je sais, il m’en faut peu. Je pourrais citer des épisodes entiers faisant référence à telle ou telle chose mais ça serait m’enfoncer un peu plus dans cette digression. Sachez cependant qu’il existe un épisode hommage au making of d’Apocalypse Now… qui prend une autre dimension si on a vu le making of en question. Vous êtes prévenus.

Tout ça pour dire que FX aurait pu faire largement mieux avec Anger Management mais a décidé de tout miser sur le statut de star de Charlie Sheen… et s’est plantée en beauté.

Où n’est pas Charlie ?

Je n’ai jamais considéré Charlie Sheen comme un bon acteur. Les deux seuls films que j’aime et dans lesquels il a joué sont Hot Shots 1 et 2. Il n’avait pas réussi à remplacer Michael J. Fox dans Spin City. Et Mon Oncle Charlie ne m’a jamais fait rire.

Fidèle à moi-même et aux services spatio-temporels que je rends à Cinématraque, j’ai décidé de reprendre mon Tardis et de faire un nouveau saut dans le futur. Je vous préviens, c’est moche.

En 2032, Charlie Sheen est curieusement devenu une méga star et il croule sous les projets télévisuels et cinématographiques. Peu importe dans quoi il tourne, il garde la détestable habitude de jouer un personnage qui s’appelle Charlie et qui lui ressemble un peu, voire beaucoup.

Je vous cite quelques projets, comme ça, en vrac…

Charlie et la Chocolaterie, écrit, produit, réalisé et interprété par Charlie Sheen. Imaginez une cascade de chocolat qui coule de l’entrejambe d’une statue géante (toujours en chocolat) d’une playmate. Bonjour la classe et le bon goût.

Charlie Goes to Hollywood, un biopic consacré au groupe Frankie Goes to Hollywood et en même temps un clin d’œil à la carrière de Charlie Sheen. L’acteur interprète également tous les membres du groupe, ainsi que Frank Sinatra.

Charlie’s Jewels, un remake de Charlie’s Angels. On aurait pu penser que ça serait à peu près la même chose que l’original mais avec des nanas 0% de naturel sur le corps. On aurait pu… La vérité est bien pire : les fameux jewels de Charlie sont ses bijoux de famille et ils doivent combattre le crime. Enfin, si l’on considère que le manque de sexe est un crime.

Quand Charlie rencontre Charlie, où Charlie tente de simuler un orgasme à une table de restaurant face à lui-même parce qu’il rêve de se faire l’amour. Le fait est qu’il ne simule pas et que cette scène est quand même bien dégueulasse, que ça soit à la vanille ou chocolat.

Je vous laisse un peu de temps pour réfléchir à la blague qui termine le paragraphe précédent et j’en profite pour remercier mes parents, sans qui je ne serais jamais arrivé à ce niveau d’humour, ainsi que l’ami qui m’a sorti cette blague pour la première fois il y a quelques années. Il la fait d’ailleurs dès qu’il en a l’occasion.

Bref, devant une telle vision d’horreur, je saute à nouveau dans mon Tardis et retourne fissa en 2012 où je décide de me remater l’adaptation ciné de Dead Zone pour me rappeler ce qui a foiré dans le plan de Christopher Walken quand il tentait d’assassiner Charlie Sheen. Je ne commettrai pas la même erreur.

Je suis en mission pour le Seigneur.

Je suis en mission pour le cinéma.

Élevé au rock ‘n’ roll, à Tex Avery, à Calvin & Hobbes et j’en passe, je mets à profit un Tardis retapé par mes soins pour aller glaner dans le futur quelques infos primordiales sur le septième art. Et parfois dans le passé, aussi. J’ai également un Master ès Nanars et Flims en mousse. Je travaille aussi sur une thèse intitulée « Xena: The Rainbow Warrior Princess » et qui vise à décrypter la manière dont sont abordés les thèmes de l’homosexualité et de l’écologie dans « Xena : Princesse Guerrière ». No shit, Sherlock.

12 Comments

  • Répondre août 13, 2012

    Anne-C

    Charlie, s’il était pas lui, il es rêverait.

    • Répondre août 13, 2012

      Anne-C

      en rêverait*

    • Répondre août 13, 2012

      John C. Leroy

      Mais il rêve déjà d’être lui dans cet autre rêve qui est le sien bien qu’il soit partagé dans alcôves bleues, jaunes, violettes, vertes et bleues au son des violons et des cornemuses qui jouent Cotton-Eyed Joe pendant que lui, lui, Charlie, rêve qu’il n’est nul autre que lui.

      Et vice et versa.

  • Répondre juillet 30, 2012

    John C. Leroy

    Alors, j’apprends à l’instant que Martin Sheen fera une apparition dans Anger Management… Et que si la reste marche bien, FX commandera 90 épisodes. 2012 marque bien la fin du monde tel que nous le connaissons…

    http://www.commeaucinema.com/serietv/martin-sheen-rejoint-son-fils-dans-anger-management,258417

  • Répondre juillet 30, 2012

    Pétère

    Comme dirait Charlie : « Mon oncle m’a appris que ne pas jouer pour gagner, c’est un peu comme coucher avec sa soeur…. En plus on risque d’avoir des gosses malsains qui naissent tout édentés avec de la mousse dans les oreilles et rien pour pisser »

    • Répondre juillet 30, 2012

      John C. Leroy

      Topper Harley… Quel homme =D

  • Répondre juillet 30, 2012

    jayer

    @gael j’ai pensé pareil 😉

    Effectivement raising hope est une série à la « malcolm » qui mériterait d’être plus connue…
    Community… excellent

    • Répondre juillet 30, 2012

      John C. Leroy

      Rien à redire sur ce point =)

  • Répondre juillet 30, 2012

    GAEL

    Après Community, on ne peut plus regarder les 2 Dark Knight normalement.

    • Répondre juillet 30, 2012

      John C. Leroy

      Ah ah ! Non, en effet. J’ai toujours en tête la performance d’Abed en Batman =p

  • Répondre juillet 30, 2012

    DZIBZ

    M.E.R.C.I.

    • Répondre juillet 30, 2012

      John C. Leroy

      D.E. R.I.E.N. ^^

Leave a Reply